Général Konaté se souvient: « Sékou Touré, Saïfoulaye, le Coran et moi»

2216
 L’ancien président de la transition guinéenne, le Général Sékouba Konaté rencontrait à tout bout de champ le père de l’indépendance guinéenne feu Ahmed Sékou Touré. 
 
Cette confidence vient d’un entretien que le général a accordé à nos confrères de nouvelledeguinee.com .
 
Selon nos confrères,  Ahmed Sékou Touré avait beaucoup d’affection pour le jeune Sékouba Konaté qu’il comblait de cadeaux.
Le père du général Konaté devait faire un compte-rendu hebdomadaire des activités agricoles au sein de la grande muette.
 »En allant à la rencontre du président Ahmed SékouTouré, le commandant Doubâni Konaté emmenait, très souvent, son fils, Sékouba Konaté, à la présidence de la république », écris nos confrères.
 
«  Mon père rencontrait le président Sékou Touré chaque lundi. Il venait avec son ministre de la défense. Je rappelle que mon père a connu trois ministres de la défense. Il a travaillé , entre autres, avec le général Lansana Diané« , introduit le général Konaté.
« Mon père,  poursuit-il, m’emmenait souvent à la présidence. Il avait constaté que, chaque fois qu’il venait avec moi, le président le recevait aussitôt. Il ne faisait pas de longues heures dans la salle d’attente du bureau du président Sékou Touré pour y être reçu .« 
Selon toujours les confidences du général:   » Sékou Touré disait à mon père que je suis calme et très attentif. Il m’offrait souvent le coran et des boubous blancs. Chaque fois qu’il me voyait, il était toujours de bonne humeur et chalereux.« 
Ce n’est pas tout, par ailleurs,  Sékouba Konaté était le chouchou des personnalités de l’époque.
 » Malgré mon jeune âge, j’étais adulé par les hauts responsables de la Révolution. C’est le cas de l’ancien premier ministre, Lansana Béavogui dont l’épouse était la sœur aînée germaine de ma mère.  L’ancien président de l’ Assemblée Nationale, Saïfoulaye, m’aimait également. 
 
D’ailleurs, j’étais très proche de l’une de ses filles qui fut ma camarade de promotion« , révèle l’ancien homme fort de Conakry dans un entretien avec nos confrères. « 
 
Puis il révèle :  » L’ancien premier ministre, feu Louis Lansana Béavogui, l’ancien président de l’Assemblée Nationale, feu Elhadj Saïfoulaye, m’aimaient tous. On était des voisins à Kaloum. En 2010, j’ai nommé sa fille Zénab Saïfon au poste de ministre afin de réconforter moralement la veuve et la famille de feu Elhadj Saïfoulaye. Si Mohamed Touré ( NDLR: fils de l’ancien président Sékou Touré ) était présent à Conakry pendant la transition, je l’aurais nommé aussi à un poste ministériel« , conclu l’homme qui a contribuer à bouter les rebelles en Afrique de l’Ouest dans les années 90.
La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here