Grève des enseignants: « il faut que le gouvernement arrête de nous faire souffrir », ressurgit Elhadj Sékhouna Soumah

0
2137

De passage à Tanènè, notre collaborateur a rencontré le Kountigui ou Sage controversé de la Basse Côte, Elhadj Sékhouna Soumah au moment où Conakry et la haute banlieu bouillonnaient à cause de la grève declenchée par les syndicats. Lisez! 

« Je suis content d’être interviewé par vous. Disons la vérité, il faut que le gouvernement  arrête de nous faire souffrir. Il faut qu’il aide les enseignants. Depuis le 13 novembre, il y a la grève, ils ont dit que les syndicats ne se sont pas compris. Mais ce qu’on va dire au gouvernement, il faut qu’il œuvre pour réduire la souffrance des enseignants, il faut qu’il aide les enseignants, les enseignants n’ont aucune autre source de revenu si ce n’est pas à l’école. Disons aussi aux élèves d’arrêter de détruire les biens publics, qu’ils restent disciplinés. Nous allons aussi parler  de telle sorte que le gouvernement satisfait les enseignants.

Si les syndicats ou les enseignants ont besoin de voir  le ministre, il faut qu’il accepte sinon, ça va engendrer la pagaille. En tant que doyen de la Basse Côte, je demande aux enfants d’aller à l’école et les enseignants d’aller donner des cours en donnant la chance au dialogue pour ne pas que notre pays régresse. En tant que doyen, nous vous demandons pardons, il est aussi que le gouvernement augmente le salaire des enseignants. Pour le moment, je demande la retenue jusqu’à l’arrivée d’Alpha Condé. Affaire de syndicat, ce n’est pas l’affaire de partis politiques, ils doivent évoluer unanimement, la CNTG doit fournir d’efforts pour la paix. Arrêter les syndicalistes n’est pas une solution mais ça engendre la révolte, ils ont demandé leur droit. »

Fofana S.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE