Alpha Condé : « Je vais fermer toutes les radios et Reporter Sans Frontière va parler ça ne m’influencerai pas »

0
3294

On croyait que 72 heures après sa rencontre à Paris  avec le président français Emmanuel Macron, les rapports entre Alpha Condé et les journalistes de son pays seront au beau fixe.

Ce samedi, à Conakry,  venu clôturé les 46ème assises de l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF), à la présence de 311 journalistes venus de 43 pays, le Chef de l’Etat guinéen Alpha Condé a menacé et tiré à boulet rouge sur la presse guinéenne.

« Si nous appliquons la loi, toutes les radios seront fermées en Guinée. Le journaliste guinéen croit qu’il est au-dessus de la loi. La presse guinéenne n’est pas professionnelle, » introduit Alpha Condé.

Ce n’est pas tout, le président guinéen, en face de plus de 300 hommes de médias venus d’horizons divers enchaîne.

« Les journalistes guinéens pensent que lorsqu’on les soutient à l’extérieur, cela va m’influencer, jamais. D’ailleurs, vous qui ne savez pas, je vais dire à la présidente de la Haute Autorité de la Communication de vous envoyer les mails sur la situation des radios en Guinée, vous verrez qu’aucune n’est en règle. Nous sommes prêts à les accompagner mais ils faut qu’ils soient responsables. Je les ai toujours dis, « faites des investigations »,  mais ils ne le font pas parce qu’ils ne sont pas formés. »

Plus loin Alpha Condé continue : « Ils sont là à faire passer le message de ces syndicats rebelles. Je vais fermer toutes les radios et Reporter Sans Frontière va parler ça ne m’influence pas, » a menacé le président guinéen alors que le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire est dans la salle.

Revenant sur l’incident de 31 Octobre au cours duquel les journalistes ont été sérieusement violentés  par la gendarmerie de Matam, Alpha Condé ne passe pas par mille chemins :

« Les gendarmes m’ont dit qu’ils (les journalistes) sont partis là-bas  cracher sur leurs visages. Et pourtant, personne n’est au-dessus de la loi. D’ailleurs, toute radio qui passera désormais le communiqué de Soumah (syndicaliste qui a déclenché la grève à l’éducation) sera fermée, » conclu l’opposant historique.

Minkael BARRY / +224 623 47 69 48

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE