Emmanuel Macron à Ouaga: «la demande d’extradition de François Compaoré ne sera pas favorable »

0
675

Arrivé la veille au soir au Burkina Faso, première étape de sa tournée africaine, Emmanuel Macron a promis mardi de déclassifier les archives françaises concernant l’assassinat de Thomas Sankara, avant de prononcer son discours de politique africaine à l’Université de Ouagadougou où des propos ont été tenus par le président français. Ainsi que  des échanges avec quelques  800 étudiants et des réactions politiques suscitées par l’événement. C’est au cours de ces échanges que le cas de l’extradition du frère de l’ancien président Blaise Compaoré a été évoqué. 

L’interpellation de l’étudiante est, cette fois encore, directe : « Nous avons espéré que vous alliez amener avec vous, dans vos valises, le frère cadet de notre ancien président, M. François Compaoré. Pourriez-vous nous l’envoyer par Air France ? »

« Pour ce qui est de François Compaoré, il a été interpellé grâce à la coopération entre nos deux pays. Il est sous l’autorité d’une justice française indépendante (..). Parce que les justice sont indépendantes je ne vais pas vous ramener qui que ce soit.(…) Depuis son arrestation il est sous contrôle judiciaire et se présente régulièrement à la police. Je ne doute pas que la réponse à la demande d’extradition sera favorable », a assuré Emmanuel Macron, après une question sur la remise en liberté par la justice française du frère de l’ancien président burkinabè, fin octobre à Paris.

JA

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE