Abdoulaye Bah, maire sortant de l’UFDG à Kindia : «le peuple n’est pas prêt à accepter qu’on nous vole notre victoire»

396

Le chef de file de lopposition guinéenne Cellou Dalein  Diallo et son état major ont animé jeudi soir une conférence de presse à Conakry.  Au cours de cette rencontre qui a mobilisé les grosses pointures de la presse guinéenne, le candidat de lUFDG à la mairie de Kindia, M. Abdoulaye Bah a aussi expliqué aux hommes de médias linsolente mascarade électorale nourrie et entretenue par le pouvoir  en place  qui ne bénéficie plus de la confiance du peuple. Nous vous proposons le décryptage  de lintervention du représentant du principal parti  de lopposition à Kindia. Lisez!

 Les PV de l’UFDG sabotés en faveur du RPG-Arc en ciel

«A Kindia,  premièrement, je vous signale  l’implication  insolente des ministres d’Etats dans le processus électoral. Il s’agit entre autres de  Messieurs Taliby Sylla et Oyé Guilavogui  ainsi que le député uninominal de Kindia, Demba Fadiga.  Ils  ont fait voter leurs gardes du corps, leurs chauffeurs et d’autres personnes dans 10 véhicules, chaque véhicule comportant 10 personnes dans les quartiers Féréfou 1,  Féréfou 2. Aussi Abattoir 1, Abattoir 2, Sarakoléyah et tant d’autres.

Et cela sans procurations et sans cartes d’électeurs, c’est extrêmement grave pour l’Etat guinéen et pour la démocratie. Vous avez également des militaires qui ont reçu des procurations de la part de la CEPI, ils ont reçu une quantité importante, illimité.

Et vous avez également des cadres et militants du RPG qui ont été infiltrés dans des bureaux de vote dans des fiefs de l’UFDG pour pouvoir saboter les PV, notamment à Filigbè avec Abdoulaye Mara qui a délibérément endommagé l’enveloppe contenant le PV destiné à la centralisation.

C’est pourquoi d’ailleurs, à Filigbè,  nous avons perdu plus de 1258 voix, alors que le RPG était à 36 voix. Vous avez également, au niveau de la réception, des PV, nous  dit-on, qui ont disparu 14 en tout.

Or, après la vérification, nous avons trouvé que ces PV ont été bel et bien déposés par les présidents qui ont reçu leurs primes. Ce n’est pas tout,  il y a un problème à ce niveau entre la réception et la centralisation.

On nous a écartés aussi 47 PV et pas les moindres. Pour preuve, à Solya par exemple, nous avons 1301 personnes qui ont voté pour la liste de l’UFDG contre 138 pour le RPG.  Ce PV a été saboté, déchiré avec une lame par Mr  Missira Touré, un cadre de la préfecture de Kindia qui s’est infiltré dans la salle de manière tout à fait illégale.

Aussi, à  Sambaya, un fief de l’UFDG, on a eu 1240 voix, 6 bureaux de vote sur 11 ont été sabotés par des cadres infiltrés à la centralisation. Je veux nommer monsieur Mady Diané, un cadre communal qui a déchiré également avec une lame ces PV. A Sinanya, 1088 personnes ont voté UFDG contre 344 pour le RPG, ce PV aussi a été saboté.  A  Thierno Djibiya,  1100 voix pour l’UFDG et 150 pour le RPG ont été sabotés.  A  Wondima,  mon quartier, on a eu 1770 voix contre 270 pour le RPG qui ont été  également sabotés, » dénonce M. Bah.

La centralisation authentique des résultats de l’UFDG

Pour le candidat de la principale formation politique de l’opposition à Kindia, malgré ces manipulations électorales par les représentants du parti au pouvoir, c’est l’UFDG qui a remporté les élections avec un écart éclatant.

« Nous avons  fait notre propre centralisation à Kindia.  On est arrivé à 22805 voix pour la liste de l’UFDG, ce qui fait 48,23%. Cela nous donne d’emblée  20 conseillers. Quant au RPG, malgré la magouille, le bourrage des urnes, procurations excessives et illégales, ce parti  est arrivé à 17788, ce qui leur donne 37% et 15 petits sièges », a-t-il indiqué.

A Kindia, on n’est pas prêt à accepter les résultats manipulés

Après la dénonciation de cette mascarade électorale, M. Bah met la main sur la poitrine pour indiquer aux uns et aux autres, que son parti n’acceptera pas les résultats fabriqués qui ne reflètent pas de la réalité des urnes.

« Nous à Kindia, on n’est pas prêt à accepter une pareille pacotille de démocratie.  On va assumer devant Dieu, devant les lois et devant le peuple qu’en Guinée, dans la ville de Kindia, le peuple n’est pas prêt à accepter qu’on nous vole notre victoire. Le régime actuel doit faire la promotion de la démocratie, également la promotion des lois.

Et donc à Kindia, on est en train d’assister à une mascarade électorale, et on n’est pas prêt à accepter les résultats. Et donc, nous sommes prêts à donner une bonne leçon à ce régime et à ses acolytes, leur dire qu’on ne peut pas voler un peuple qui est indépendant.»

Un décryptage de Minkael BARRY

Tel: + 224 623 47 69 48

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here