Aboubacar Soumah répond à Bantama Sow : « moi je ne fais pas comme vous qui volez dans les caisses de l’Etat »

7284

Suite aux propos avancés sur  le syndicaliste Aboubacar Soumah le samedi dernier par le ministre Sanoussy Bantama Sow, le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants chercheurs de Guinée (SLECG), a donné sa part de vérité  ce mardi 24 juillet à Conakry, lors d’une conférence de presse qu’il a lui-même animée. On se rappelle, le samedi dernier, le ministre de la jeunesse d’Alpha Condé, son fils adoptif Bantama Sow a fait une sortie draconienne contre le syndicaliste. Une sortie faisant allusion à l’usage de la corruption et de détournement par le syndicaliste, chose, dit-il, qui a fait qu’il a changé de mine.

Ce mardi matin, le syndicaliste réagit :

« Je ne voulais pas y répondre,  parce que j’ai suivi toutes ces allégations, mais aujourd’hui, je suis obligé d’y répondre un peu. Je crois que Bantama Sow ne m’a jamais connu de par le passé. On ne s’est jamais croisé. Il ne sait pas si je suis de teint clair ou noir, ou si j’étais mince ou gros. Moi, je crois que j’ai perdu en kilos  avec ces soucis-là.   J’ai perdu au moins un peu de poids, sinon, j’étais plus gros encore que ça. Qu’il comprenne cela. Deuxièmement, moi je ne vis pas du fruit du labeur des autres, comme eux, membres du gouvernement,  ils volent dans les caisses de l’Etat, » répond t-il.

Avant d’ajouter : « Si d’ailleurs moi, j’ai changé cette fois-ci,  comme il prétend le dire, c’est grâce aux enseignants. Tous les enseignants ont cotisé 20.000 FG minimum ;  ils nous les ont envoyés ici, de l’intérieur. Regardez notre siège, nous avons peint notre siège, nous avons dallé l’intérieur de la salle dans laquelle nous nous trouvons comme ça. Nous avons équipé notre bureau. Je n’ai envoyé aucun franc chez moi, hein (…) Donc, moi, je vis quand même, je suis fier d’avoir un véhicule 4×4, mais faut lui dire que ce n’est pas maintenant que j’ai commencé à rouler dans un véhicule. Ce n’est pas cette année, j’ai commencé à rouler dans un véhicule. C’est pour cela j’ai dit qu’il ne me connait pas. S’il me connaissait, il ne se serait pas posé cette question, » rassure le syndicaliste Soumah.

Auteur : Sana Sylla 625.480.252

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here