Affaire D’achat Des Wagons Du Train Conakry-Dubréka: Les Précisions Du Ministre Aboubacar Sylla

10612

Suite aux spéculations et rumeurs portant sur un probable détournement de fonds alloué à l’achat des wagons du projet de train de Conakry-Dubréka, le Ministre des transports sort de son silence pour  donner sa version des faits sur  cette affaire qui a fait écho dans la citée depuis l’annonce de la nouvelle. Ainsi, pour apporter quelques détails, le numéro 1 du Département des transports a animé une conférence de presse dans l’enceinte de son institution ce mercredi 04 septembre.  

 A l’entame de son intervention, le Ministre Aboubacar Sylla s’est dit déçu de la façon dont certains journalistes ont développé ce dossier avant de revenir sur la genèse de l’affaire pour dit-il, expliquer en long comment le marché s’est passé.

« Nous avons pris sur nous l’initiative de rechercher les moyens comme sur la ligne de CBK avec Conakry express que nous lançons un autre train sur la voie de Friguia, qui est une voie mutique pour transporter les personnes qui habitent le long de cette ligne de fer. Il ne se reste pour soulager les guinéens, les Conakrykas. Nous avons fait l’état des lieux et l’inventaire des moyens dont nous disposons.  Au niveau de la société nationale de chemin de fer, on dispose toujours deux locomotives, six wagons de passagers qui ont été offerts à la Société Nationale de Chemin de fer par le groupe Bolloré. Nous avons estimé que six wagons sont insuffisants pour constituer une rame complète, ça aurait transporté très peu de passagers et consommer le même nombre de carburant que Conakry express. Il fallait donc trouver des wagons supplémentaires, » a-t-il mentionné.

Poursuivant, le Ministre des transports a souligné que c’est suite à cela qu’ils ont demandé à la Société Nationale de Chemin de fer de rechercher des wagons partout où ils sont susceptibles d’être trouvés.

« Mais cette société se heurte à un problème, c’est la ligne de Friguia à la différence de la ligne de CBK, est une ligne qui a une voie mutique, c’est-à-dire que l’écartement des rails est de un mètre alors que l’écartement des rails de CBK est de 1,435m, c’est ça qu’on appelle les voies standards et c’est les nouvelles voies. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le chemin dont on avait posé les premières pierres avec Bolloré a été arrêté parce qu’on s’était rendu compte que c’était une voie mutique qui était prévue. Donc il n’y a pas de possibilité d’avoir un wagon neuf de voie mutique. La Société Nationale de Chemin de fer a consulté sur le marché par voie d’Internet et par d’autres voies et finalement a pu localiser des wagons en Suisse, ».

S’exprimant sur les capacités financières dans l’acquisition de ces wagons,  M. Sylla déclare : « Mais nous avons évalué le prix, la Société Nationale de Chemin de fer n’avait pas les moyens pour les acheter.  Au niveau du budget du département, on en avait tous les moyens, finalement,  nous avons traversé pendant 3 à 4 mois, pour enfin avoir accès à  ces wagons par la Haute-Volta, ils ont donc été acheté. La société nationale de chemin de fer a cherché d’autres à nouveau qui ont été identifiés en Suisse encore au nombre de 4 qui n’étaient pas rassemblés, il a fallu les regrouper pour pouvoir donc les embarquer », précise Aboubacar Sylla.

Pour finir, il dira que : « Ces wagons ont été acquis à 5000f Suisse les quatre Wagons, 5000f Suisse, c’est 4000 euros, c’est-à-dire que le wagon a coûté 1000 euros. C’est pratiquement un don, c’est des wagons comme on a dit qui sont fabriqués dans les années 60, ce sont des wagons qui datent de 1964 à priori, on peut penser que c’est des wagons qui sont vieux. Mais aller sur Google tapez durée de vie de wagon, vous verrez que le minimum de durée de vie est de 50 ans sans rénovation. Pour certains Wagons, on vous dira qu’il y a des wagons de 100 ans. Ils sont fabriqués depuis 100 ans, depuis 70 ans ainsi de suite. Un wagon c’est quoi, c’est une carrosserie avec les fers donc dès qu’on fasse les roues en bas et repeint, peut être mis en circulation », a conclu le Ministre.

Sana Djikiné 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here