AUJOURD’HUI : 3 janvier 1984, Thomas Sankara lance les assises des Tribunaux populaires de la Révolution

8857

Après le coup d’Etat du 4 août 1983, Thomas Sankara est porté au pouvoir par la junte militaire en tant que président du Comité national révolutionnaire. Il va ainsi se donner comme principale mission le rétablissement de l’Etat de droit avec notamment le jugement des dignitaires du régime déchu, jadis « intouchables ». Il crée ainsi les Tribunaux populaires de la révolution (TPR) le 3 janvier 1984. Sankara prononcera à cette occasion un discours solennel dont les échos retentissent toujours.

En créant les TPR, Thomas Sankara décide de lancer un message fort à l’endroit des anciens colonialistes : c’est aux Africains de régler eux-mêmes leurs problèmes. Dénonçant vigoureusement le post-colonialisme le président du CNR ne compte que sur la création de comités de défense de la révolution (CDR) pour redresser les torts causés depuis plus de 40 ans. L’ouverture de ces assises, le 3 janvier 1984, permet enfin la disparition d’une justice aux ordres, celle détenue par les barons du régime en place.

Dans son discours d’ouverture, le président Thomas Sankara déclarera : « il n’y a pas de révolution sociale véritable que lorsque la femme est libérée. Que jamais mes yeux ne voient une société où la moitié du peuple est maintenue dans le silence. J’entends le vacarme de ce silence des femmes, je pressens le grondement de leur bourrasque, je sens la furie de leur révolte. J’attends et espère l’irruption féconde de la révolution dont elles traduiront la force et la rigoureuse justesse sorties de leurs entrailles d’opprimées ».

Par Ababacar Gaye/SeneNews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here