CENI : Le Choix D’un Opérateur Pour La Révision Du Fichier Électoral Au Cœur Des Débats

222

La deuxième réunion du comité inter-partis (CIP) a été organisée le  lundi 05 août 2019  dans un réceptif hôtelier de la place par la commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). En premier lieu, il était question au cours de cette rencontre, d’échanger et informer les acteurs sur le choix de l’opérateur en charge de la révision des listes électorales mais aussi en second, l’appropriation du mode de calcul des effectifs des membres des démembrements de l’institution électorale en Guinée.

Au terme d’un débat houleux entre les différents partis du comité où certains estimaient que la CENI a déjà recruté un opérateur, Mme Camara Djénab Touré, Directrice du Département Fichier Electoral affirme que son institution et les acteurs politiques conjuguent le même verbe  sur la question du choix de l’opérateur.

Selon elle et en application de la loi L 044, la loi dispose en son article 23, que l’Etat fournisse des matériels électoraux à la CENI, après une expression des besoins de celle-ci.

Poursuivant, dame Djénab soutient que la Guinée était dans un ancien schéma où l’opérateur qui est recruté vient avec sa solution, fait sa prestation et quitte par la suite.

Mais aujourd’hui, se dit-elle, l’Etat fournit des kits d’enrôlement et la CENI quant à elle, collabore avec un cabinet pour faire le logiciel de gestion du fichier électoral, a-t-elle ajouté en substance.

Dans son argumentaire, madame Camara a précisé que « le travail fait par un,  sera fait par trois et qu’à ce titre, on devrait maintenant parler de quel opérateur qui se chargera de l’opération sur le terrain. »

Sur la question du choix de l’opérateur, Mme Touré a proposé aux acteurs du comité, deux alternatives.  La première, à l’en croire,  est celle de  choisir  un opérateur local étant une société de droit guinéen que son institution compte contractualiser pour des questions d’ordre technique. Au cas où les acteurs n’adhèrent  à cette première option, la seconde  est que la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), elle-même, conformément à la loi en vigueur, fasse les révisions électorales.

De son côté, l’honorable Cellou Baldé, représentant de l’UFDG, trouve que les lignes bougent quant  à la tenue du Comité inter-partis  autour des questions électorales en Guinée.

« Disons que les lignes bougent. Dans la mesure où nous sommes en train de nous concerter sur la thématique liée à la mise en place des démembrements. La CENI nous a informés qu’un comité inter-partis est prévu.  Chose que nous saluons. Cela nous a permis de concerter non seulement sur la mise en place des démembrements mais aussi, par rapport aux critères de choix. Le CIP nous a permis de régler cette question », s’est-il exprimé.

Toute de même,  l’élu du peuple  n’a pas manqué d’émettre les inquiétudes de l’Opposition face au  choix de l’opérateur.

« Mais, de l’autre côté, par rapport au choix de l’opérateur technique, nous avons de plus en plus d’inquiétudes, par rapport à ce processus. La question qu’on se pose aujourd’hui, quelle est l’expertise que dispose  les 17 commissaires de la CENI pour faire ce travail sur le terrain? », s’est interrogé l’honorable.

Sana Djikiné