Commune de Matam : des femmes et filles outillées sur leadership et l’éducation sexuelle

268

La 3ème vice maire de la commune de Matam, Madame Camara Djènè Condé accompagnée du maire Seydouba Sako et quelques membres des conseillers ont  organisé en différé  ce jeudi 28 mars une formation des femmes et filles de ladite commune. Cette rencontre de trois jours a pour thème ‘’la formation des femmes et filles en leadership et éducation sexuelle, fourniture des kits de saponification aux ONG et association des femmes’’.

Situant le contexte, Soriya Bangoura conseiller communal, dira que: « le leadership est une faculté qui permet à une femme d’avoir une formation. Parce que quand les gens ne sont pas bien formés, c’est très difficile de pouvoir affronter le monde réel. Donc ce leadership, on va le chercher par la manière de faire, la culture, les besoins d’activité que les populations attendent», dit-il.

Et de préciser qu’: « aujourd’hui, nous sommes confrontés à beaucoup de maladies. Le sexe, ça fait partie de notre corps, on doit le vivre clairement et aussi demander à nos mamans d’éviter l’excision parce que c’est très grave et ça nous donne beaucoup de maladies ».

De son côté, la 3ème vice maire de la commune de Matam, Madame Camara Djènè Condé a tout d’abord développé les deux thèmes de cette formation des femmes et filles de sa commune dont le premier parle de leadership dans l’autonomisation des femmes. « Pour être autonome, il faut être outillé, il faut être formé. Je pense que si tu n’es pas formé et tu connais ton droit.

Il faut entreprendre une activité qui va te permettre au cas où tu n’as pas été à école pour être autonome financièrement et pour le faire,  il faut avoir un système de faire la gestion de ce que tu gagnes », a déclaré Madame Camara.« Le deuxième, c’est l’éducation sexuelle. C’est un sujet tabou en Afrique mais en Guinée en particulier nos parents n’arrivent pas à donner les conseilles de la sexualité à l’enfant pour n’est pas qu’il touche à la chose interdite. On doit lui dire de n’est pas le faire.  Mais, il faut lui montrer les avantages et les inconvenants pour que lui-même puisse ignorer en faisant réduire le taux de sexualité des jeunes filles et éviter les grossesses non désirées », a-t-elle dit.

Madame Camara, cette formation des femmes est initiée pour outiller sexuellement et tant de choses. « Nous comptons mettre en place un centre d’écoute où nos maman pourront venir prendre conseil » a-t-elle promis.

Auteur : Sana            Sylla

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here