Conakry: quand les délestages électriques poussent les populations à la violence contre l’Etat

16060

Le barrage de Kaléta inauguré par Alpha Condé à la veille des élections présidentielles de 2015 à la présence d’une dizaine de chefs de l’Etat est aujourd’hui devenu un éléphant blanc. L’infrastructure n’est que l’ombre d’elle-même.

Depuis début Janvier, la capitale Conakry est plongée dans une obscurité indescriptible. Ce mardi Soir, à Nongo, dans la commune de Ratoma, alors que les jeunes voulaient regarder le match Barça et Lyon, le quartier était dans l’obscurité. C’est ainsi que les jeunes apparemment surexcités se sont levés pour s’attaquer avec violence la direction de l’Electricité  de Guinée (EDG).

 

Les dégâts n’ont pu être limités que lorsque la police est venue larguer des gaz lacrymogènes dispersant les manifestants.

« Nous sommes sortis pour qu’on nous retourne le peu de courant que le feu Lansana Conté nous a laissé. Aujourd’hui, ils sont venus nous mentir avec leur faux barrage hydroélectrique Kaléta. Avant l’arrivée d’Alpha Condé il y avait bien sûr le courant et à présent non. On ne dirige pas le pays avec le mensonge, » indique Aboubacar Fonana manifestant en colère.

Actuellement, à Conakry, il n’y a pas un jour qui passe tant que les jeunes ne manifestent à Conakry à cause des délestages électriques.

Avant la construction du barrage Kaléta, Alpha Condé avait dit  que la Guinée sera en mesure de donner le courant éclectique après la réalisation de l’œuvre.

A l’époque, le président du PEDN, Lansana Kouyaté avait retoqué en disant que c’est un barrage saisonnier.

La semaine dernière, le ministre de l’Enérgie Cheick Taliby Sylla a déclaré aux médias que la surpopulation est le motif des délestages enregistrés à Conakry.

Mamadama Cissé 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here