PARTENAIRES
ACTUALITE
Que le Guinéen est versatile! Tenez! Le tout nouveau ancien Ministre de la Communication, depuis lundi 4 janvier 2016, Alfousseny Makanera Kaké, puisqu'il s'agit bel et bien de lui, qui ne jurait que par son...
Retour des Volontaires du Corps de la Paix en Guinée L’Ambassade américaine à Conakry et le Corps de la Paix sont heureux d'annoncer le retour des volontaires américains en Guinée. 15 volontaires arriveront dans le...
AFRIQUE
Un tribunal rwandais a refusé lundi de libérer sous caution l'opposante Diane Rwigara, poursuivie pour falsification de documents dans le cadre de sa tentative de participation à...
INTERVIEW
 La journée du 31 octobre restera longtemps un souvenir tyrannique pour la presse guinéenne. Une centaine de journalistes partis à l’escadron mobile N0 3 de Matam pour apporter leur...
Date de Publication: 2016-10-26 13:40:42
TPI de Mafanco : 3 mois de prison ferme requis contre un ivoirien et un guinéen pour trafic d’ivoires

Le tribunal de première instance(TPI) de Mafanco a tenu son audience correctionnelle ce mardi 25 octobre 2016 sur le cas du trafic d’ivoires récemment interpelés par l’Interpol.Le guinéen Lamine Loua et Lan Lucien Loua de nationalité ivoirienne sont poursuivis pour le flagrant délit de détention, circulation et commercialisation de deux pièces d’ivoires sculptées. Des trophées d’ivoire d’éléphant, espèce intégralement protégée par le code de faune en Guinée et par la Convention de Washington(CITES). Le ministère public a requis  3 mois de prison ferme contre les deux prévenus.

Dans sa plaidoirie, l’avocat de la partie civile au compte de l’Etat représentant le Ministère de l’Environnementa tout d’abord ressorti les trois éléments constitutifs de l’infraction à savoir l’élément moral, matériel et légal. Poursuivant, il rappelle l’immense tort causé à l’Etat guinéen par de tels agissements et qui ont débouché même sur la suspension de la Guinée auprès de la CITES (convention internationale sur le commerce des espèces de la faune et de la flore sauvage menacée d’extinction). Pour lui, ces faits et gestes sont prévus et punis par le code de faune en ses articles 129 et 164. Ainsi, il demande de retenir les sieurs Lamine Loua et l’ivoirien Lan Lucien Loua dans  les liens de la culpabilité pour le délit de détention, circulation et commercialisation des deux pièces d’ivoires sculptées. Sur l’action civile, l’avocat sollicite le paiement d’un montant de 200.000.000 GNF à titre de dommages et intérêts à l’Etat au comptedu Ministère de l’Environnement.

Prenant la parole, le ministère public a rappelé les faits et les circonstances d’interpellation des prévenus. Se focalisant sur les références du code de la faune en ses articles 126, 129, 164 et l’article 50 du code de procédure pénale, l’empereur des poursuites a demandé de retenir les prévenus dans les  liens de la culpabilité pour les faits de circulation en excluant donc ceux de détention et de commercialisations des deux pièces d’ivoires sculptées mis à leur charge. Dans sa réquisition, il demande 3 mois de prison ferme et le paiement de 200.000 GNF comme amende par chacun. Concernant les trophées d’ivoires saisis, sous scellés au greffe du TPI de Mafanco, le ministère public demande la confiscation pure et simple.

Dans sa défense, l’avocat de la partie adverse a plaidé coupable et demande une circonstance atténuante compte tenue de la reconnaissance du délit par les prévenus. Poursuivant, il a demandé le sursis en arguant que l’ivoire saisi n’est pas endémique à la Guinée tout en demandant une liberté provisoire pour les détenus. Pourtant, selon le dernier inventaire qui date de 2004 produit par l’ONG FFI (Faune et Flore Internationale), la population des éléphants restants en Guinée Forestière est estimée à environ 214 éléphants. Avec des cas répétés d’abattage d’éléphants dans cette région, la récente arrestation suivie de condamnation de Pokpa Soropogui à un an de prison ferme, en est une parfaite illustration de la menace qui pèse sur la population restante des éléphants en Guinée Forestière. 

Quant au juge audiencier, il a rejeté la demande pour la liberté provisoire et renvoyer l’audience au 1er Novembre prochain pour délibéré.

Il faut rappeler que le trafic d’espèces est un commerce transnational. Il représente le 4ème crime mondial et représente plus de 20 millions de dollars chaque année

Affaire à suivre…

Fatou Kourouma

INTERVIEW
 La journée du 31 octobre restera longtemps un souvenir tyrannique pour la presse guinéenne. Une centaine de journalistes partis à l’escadron mobile N0 3 de Matam pour apporter leur...
Dans un Etat sauvage l’État tue sans jugement, l’État entretient l’impunité, l’État oppose les communautés, l’Etat affaibli les institutions, l’Etat...
PHOTOS
Copiryght 2013 - Tout droits reserves leverificateur.net - Designed by electro-times.com