PARTENAIRES
ACTUALITE
Que le Guinéen est versatile! Tenez! Le tout nouveau ancien Ministre de la Communication, depuis lundi 4 janvier 2016, Alfousseny Makanera Kaké, puisqu'il s'agit bel et bien de lui, qui ne jurait que par son...
Retour des Volontaires du Corps de la Paix en Guinée L’Ambassade américaine à Conakry et le Corps de la Paix sont heureux d'annoncer le retour des volontaires américains en Guinée. 15 volontaires arriveront dans le...
AFRIQUE
La chambre d'appel de la Cour pénale internationale (CPI) a cassé ce mercredi une décision refusant de libérer l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo pour le reste de son...
INTERVIEW
Dans un Etat sauvage l’État tue sans jugement, l’État entretient l’impunité, l’État oppose les communautés, l’Etat affaibli les institutions, l’Etat...
Date de Publication: 2017-06-16 14:41:05
Mamadou Hady Bah,l'histoire vraie d'un Guinéen héros de la Seconde guerre mondiale

Dans «Nos Patriotes», le réalisateur Gabriel Le Bomin raconte l'histoire vraie d'Addi Bâ, un Guinéen qui a participé à la création du premier maquis dans les Vosges pendant la Seconde guerre mondiale.

Un destin remarquable, mais qui n'a été honoré que tardivement. Le réalisateur Gabriel Le Bomin consacre son dernier long-métrage «Nos Patriotes» à l'histoire d'Addi Bâ Mamadou (de son vrai nom Mamadou Hady Bah), un Guinéen qui a participé à la création du premier maquis dans les Vosges pendant la Seconde guerre mondiale.

Gabriel Le Bomin a découvert le destin d'Addi Bâ grâce au livre de Tierno Monénembo, «Le terroriste noir», préselectionné au prix Goncourt en 2012 : «J’avais été extrêmement marqué, touché, interpellé par le parcours de cet Addi Bâ, au départ un Guinéen qui débarque en France dans les années 1930, qui se "réenracine", comme il le dit, et qui, au moment de la guerre, alors qu’il peut rester tranquillement soustrait aux événements, décide de franchir la porte de la caserne Lourcine, à Port-Royal, pour s’engager.» Car originaire «de l'empire colonial», Addi Bâ a été considéré comme un tirailleur sénégalais, bien que Guinéen. Avec le 12ème régiment auquel il appartient, Addi Bâ a affronté le feu allemand dans la Meuse, avec notamment 27 jours de combat ininterrompus. Mais avec la défaite de la France en 1940, Addi Bâ et ses camarades ont été capturés.

"Il a décidé de rester et de continuer le combat à sa façon"

Il a réussi à s'échapper d'une prison allemande, avant d'errer pendant des semaines dans les montagnes vosgiennes. Aidé par des habitants malgré la présence de l'occupant, Addi Bâ s'est vu offrir la possibilité de quitter la région pour rejoindre la zone libre : «Mais au moment où il peut être exfiltré vers la zone sud, il a décidé de rester et de continuer le combat à sa façon, et entre en contact avec des gens qui veulent à peu près faire la même chose. Ils n’utilisent pas le mot résistant, qui ne viendra que beaucoup plus tard. Ils s’engagent et montent ensemble le premier maquis de la délivrance dans les Vosges», précise Gabriel Le Bomin.

Pour le réalisateur, le destin d'Addi Bâ va au-delà son courage et la résistance : «Cette histoire m’a interpellé sur ce qu’est l’engagement, d’être différent tout en étant dans un combat commun, comment se constitue un réseau, comment on traite celui qui vient d’ailleurs. Des thèmes qui m’intéressaient, sur une toile de fond qui m’intéresse particulièrement, la guerre, l’occupation, toute cette zone extrêmement complexe que sont les années 1940 à 1944.»

Addi Bâ a été fusillé en décembre 1943 à Epinal. Son combat pour la France n'a été reconnu que 60 ans après sa mort, en 2003, notamment grâce à l'insistance du colonel Maurice Rives, qui a mené l'enquête pour retrouver des témoignages et des preuves du parcours d'Addi Bâ. Parmi eux, Hubert Mathieu, un réfractaire au Service du travail obligatoire (STO), qui a côtoyé Addi Bâ dans le maquis. Ce sont ses neveux qui ont reçu, en son nom, les plus hautes récompenses : la médaille de la résistance et la croix du combattant volontaire de la résistance. Il a fait l'objet de documentaires, mais aussi d'un travail approfondi mené par le journaliste Etienne Guillermond, qui lui a consacré un livre et un site Internet.

Paris Match

INTERVIEW
Dans un Etat sauvage l’État tue sans jugement, l’État entretient l’impunité, l’État oppose les communautés, l’Etat affaibli les institutions, l’Etat...
Le ministre  d’Etat conseiller à la présidence, Tibou Kamara était l’invité de la radio Espace FM ce matin, au niveau de la rubrique des images, nos confrères exhibent...
PHOTOS
Copiryght 2013 - Tout droits reserves leverificateur.net - Designed by electro-times.com