PARTENAIRES
ACTUALITE
Que le Guinéen est versatile! Tenez! Le tout nouveau ancien Ministre de la Communication, depuis lundi 4 janvier 2016, Alfousseny Makanera Kaké, puisqu'il s'agit bel et bien de lui, qui ne jurait que par son...
Retour des Volontaires du Corps de la Paix en Guinée L’Ambassade américaine à Conakry et le Corps de la Paix sont heureux d'annoncer le retour des volontaires américains en Guinée. 15 volontaires arriveront dans le...
AFRIQUE
Un tribunal rwandais a refusé lundi de libérer sous caution l'opposante Diane Rwigara, poursuivie pour falsification de documents dans le cadre de sa tentative de participation à...
INTERVIEW
 La journée du 31 octobre restera longtemps un souvenir tyrannique pour la presse guinéenne. Une centaine de journalistes partis à l’escadron mobile N0 3 de Matam pour apporter leur...
Date de Publication: 2017-06-17 14:39:31
Plusieurs chaînes de télévision attaquées par un commando au Gabon

La journée a été mouvementée vendredi 16 juin à Libreville. Un commando d'hommes armés a attaqué plusieurs médias dans la capitale gabonaise afin de faire entendre un message appelant au départ du président Bongo. Le leader, un ancien candidat à la présidentielle, a menacé de faire sauter des bombes dans la ville avant de se faire arrêter.

Tout s'est déroulé en quelques heures. En milieu de matinée, quatre à cinq hommes encagoulés et armés de pistolets pénètrent dans les locaux de la chaîne TV+. Ils braquent les employés et ordonnent la diffusion d'un DVD. Sur ce message on découvre avec surprise Roland Désiré Aba'a Minko. Ancien candidat à la dernière présidentielle rallié à Jean Ping, il lance un ultimatum au président Bongo.

« Nous exigeons dans un délai de 72 heures le départ d’Ali Bongo Ondimba du pouvoir et du Gabon, le désarmement de la garde républicaine par l’armée gabonaise, l’investiture de Jean Ping président de la République, chef de l’Etat, par la Cour constitutionnelle. »

Si le chef de l'Etat n'obéit pas, il promet de faire sauter des bombes déposées dans des bâtiments de la capitale. Le commando quitte alors TV+ en laissant derrière lui une bombe factice faite notamment d'aluminium.

Même scénario ensuite chez Africa numéro 1, où débarque ce qui semble être le même groupe, avec un sac contenant une autre charge factice, des machettes et des couteaux. Mais pour des raisons techniques, il échoue cette fois à faire diffuser son message.

Canal 7 reçoit aussi de la visite. Mais les locaux sont fermés et les assaillants sont obligés de fuir face à la pression des riverains.

Recherché par la police, Roland Désiré Aba’a Minko se serait rendu à l'ambassade de France où selon plusieurs sources il aurait voulu remettre un message pour demander notamment aux Français de contraindre Ali Bongo à quitter le pouvoir.

RFI

INTERVIEW
 La journée du 31 octobre restera longtemps un souvenir tyrannique pour la presse guinéenne. Une centaine de journalistes partis à l’escadron mobile N0 3 de Matam pour apporter leur...
Dans un Etat sauvage l’État tue sans jugement, l’État entretient l’impunité, l’État oppose les communautés, l’Etat affaibli les institutions, l’Etat...
PHOTOS
Copiryght 2013 - Tout droits reserves leverificateur.net - Designed by electro-times.com