Cour constitutionnelle, installation des conseillers communaux: la version peu convaincante d’Alpha Condé

13695

Lors d’un entretien accordé ce mardi, 09 octobre 2018, à certains journalistes guinéens du public et du privé, au palais Sékhoutoréyah, le chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé, s’est largement exprimé sur certaines crises majeures notamment, celles de la cour constitutionnelle et de l’installation des conseillers communaux qui écument les colonnes  des medias de la place…  

A l’entame, S’abstenant curieusement de citer le nom du désormais ancien président de la plus haute juridiction du pays, tout le temps qu’il s’est exprimé sur le sujet, Alpha Condé semble être convaincu de la légalité de sa décision qui, il faut le préciser, fait l’objet de nombreuses polémiques.

« Allez-y regarder la constitution et la loi organique, vous saurez si j’ai un rôle à jouer…, j’ai entendu ces juristes farfelus raconter du n’importe quoi », a déclaré  le Chef de l’Etat.

Usant certainement de son rôle de garant du bon fonctionnement des institutions, le Président de la république affirme avoir apaisé maintes convulsions qui auraient pu avoir depuis longtemps, raison de Kelefa Sall.

« Un an après son élection, six des neuf conseillers, avaient décidé de le destituer, c’est moi qui suis intervenu pour les calmer. Quand il a eu le tirage au sort, ceux qui ont été tirés ont dit que le président lui-même devait être tiré aussi. J’ai pris la constitution et les lois organiques pour aller les montrer aux juristes en France, ils m’ont dit que lui, il est exempt du tirage au sort. J’ai dit aux contestataires d’alors qu’ils n’ont pas raison» s’en est défendu Alpha Condé.

Evoquant le cas de l’interruption brusque de l’installation des conseillers communaux, le locataire du palais Sékhoutouréyah, le Pr Alpha Condé s’est dégagé de toute responsabilité, faisant porter le chapeau aux partis politiques.

«Les communales, c’est l’affaire des partis politiques, ce n’est pas l’affaire du Président. Ce n’est pas une élection présidentielle, donc il faut poser la question aux partis politiques. Ils ont fait des accords, il faut demander que chacun les applique », a signalé le président Alpha Condé.

 Léon KOLIE pour JMI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here