Crises socio-politiques en Guinée: un prédicateur « avertit » Alpha Condé

1706

El hadj Bafodé  Cissé est un prédicateur qui ne passe pas inaperçu en Guinée par le fait que ses prédications tant nationale, collectif ou individuel se réalisent tôt ou tard. Compte tenu de la crise politique et sociale qui mine actuellement le pays, il a jugé nécessaire de briser le silence comme tout bon guinéen pour adresser une lettre ouverte pleine d’enseignements au président Alpha Condé. Lisez !

A son Excellence M. Alpha Condé, président de la République de Guinée

Cher président, je viens par la présente très respectueusement au près de vous, de votre haute fonction, pour vous adresser mes salutations, saluer  votre courage, votre dynamisme, votre patriotisme pour le service rendu à la nation et au peuple de Guinée.

A cet effet, je voudrais saisir l’occasion sur les faits, actions, comportements  négatifs et dangereux des uns et des autres en cette période.

Aujourd’hui, il est incontestable de dire que la population est divisée en trois groupes à savoir : ceux qui sont avec vous ou pro Condé, ceux qui ne sont pas avec vous ou adversaires et ceux qui ne sont ni avec vous ni avec vos adversaires. Ils sont des observateurs.

En toute évidence, les enfants ne vont plus aujourd’hui  à l’école régulièrement, ils commencent à votre temps de perdre le niveau adéquat, l’amour de l’école presque l’éducation. Les hommes et les femmes n’arrivent pas à travailler, la plupart se trouve dans le chômage, la délinquance, l’exil…

Les pères de famille ont des difficultés à nourrir leurs familles, à payer la location, à se soigner ou à vivre dans l’aisance.

L’insécurité s’est emparée de la société, trop de morts, de dégâts matériels. Tous les secteurs sont touchés de ces crises.

  1. M. le président, toutes ces crises sont les fruits, des actions ou des comportements d’un petit groupe d’individus qui affectent des millions des guinéens.
  2. M. le président, il est temps de revoir cette situation, de décider de façon positive le sort des guinéens.
  3. M. le président, aujourd’hui, aucun guinéen n’est apte de vous battre, vos décisions positives seront alors importantes.

Vous êtes un président plein de forces, d’intelligence, de savoir et de savoir faire qui a la connaissance des choses du monde.

Seul Dieu qui vous a donné ce pouvoir pourra vous l’arracher.

Mais particulièrement, ce qui m’inquiète, c’est la fin de votre régime et l’avenir de la Guinée et du peuple car chaque chose a un commencement et une fin.

J’aimerai bien en cette période que vous envisagiez des projets ou programmes « après Condé », quelle Guinée ou quel guinéen de demain.

Acceptez de réunir tous les guinéens à s’aimer, s’accepter pour une meilleure Guinée.

  1. M. le président, prenez en compte tous ces cris de cœur, ces doléances, ces demandes pour ne pas que cela soit trop tard. Pour ne pas que l’impossible soit possible. Dans les mois à venir M. le président, si vous ne prenez pas toutes les précautions non par la force mais plutôt par la ‘’méditation’’, l’entente, le pardon, la Guinée pourra connaitre une fin… douloureuse, pitoyable. Car, tous ces dérapages vont se répercuter sur votre mandat, sur votre histoire, bref sur l’avenir de la Guinée.

Je lance un message de paix à tous les guinéens d’ici et d’ailleurs et toutes les bonnes volontés de  travailler activement pour l’apaisement, l’unité et la paix.

  1. M. le président, acceptez de régler ces problèmes, ces crises et évitez à tout prix d’autres problèmes qui ne vous seront pas positifs.
  2. M. le président, je vous remercie, je vous  souhaite une bonne chance ainsi que pour le peuple de Guinée, je prie Dieu de nous donner la paix, l’entente et le développement.

Après vous que les guinéens continuent à penser positivement de vous.

Je vous remercie !

El hadj Bafodé Cissé, prédicateur

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here