Éducation : la rentrée scolaire 2018 n’est pas encore effective

22473

Suite à un bras de fer qui règne entre le (SLECG) Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée et le Gouvernement depuis le début de l’année scolaire 2017-2018, à cause de l’amélioration des conditions de vie des enseignants comme salaire de base à 8.000.000 GNF.

Ce désaccord a fait que le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah a déclenché le 03 octobre 2018 une grève générale illimitée sur toute l’étendue du territoire national.

Depuis cette annonce, rien ne va plus entre ces deux entités.

Cela, s’est matérialisé sur l’ouverture des classes qui a été programmée le 03 octobre 2018 par les autorités de l’éducation et qui n’a pas été suivie par l’ensemble des écoles suite à la non reprise effective annoncée par le syndicat du SLECG qui à son tour ignoré cette rentrée du Gouvernement.

Hier,  lundi 08 octobre, la plupart des écoles de la capitale est restées  fermées  suite à l’appel du SLECG à l’endroit des parents d’élèves de garder leurs enfants à la maison.

Par ailleurs, ces écoles visitées lundi par notre reporter: le Lycée Nassou Mady Kaba, le Lycée le Savoir et une école primaire située dans la commune urbaine de Coyah dans Sanoyah , peu d’élèves  et  enseignants ont répondu  au rend-vous de la rentrée scolaire 2018.

Dans ces écoles, peu d’élèves et enseignants  se trouvent dans les salles de classe. À Nassou Mady Kaba, un élève du nom de Tounkara Mohamed Sidiki a  fait savoir que c’est la faute au Gouvernement qui refuse de négocier avec les syndicats et nos parents aussi n’ auront pas le choix, si ce n’est pas de garder leurs enfants à la maison.

« L’ouverture était le 03 octobre et le retard va jouer sur notre formation. Nous invitons le gouvernement et le mouvement syndical de venir sur la table de négociations, » a indiqué un l’élève Mohamed Sidiki Tounkara.

Auteur : Sana Sylla

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here