Elhadj Mansour Kaba à Alpha Condé : « En 7 ans de gestion, on a assisté à la pose de la première pierre que d’inauguration des travaux »

455

Le président du  Parti Panafricain de Guinée (PAG), Elhadj Mohamed Mansour Kaba, ancien ministre dans le gouvernement de  la transition  était ce samedi 28 avril devant la presse à Conakry, pour le lancement officiel de son nouveau parti, dénommé Parti Panafricain de Guinée (PAG).

A travers le président du parti PAG, entrepreneur de profession, il veut donner un développement harmonieux aux guinéens ; par la construction d’une véritable démocratie, lutter contre la pauvreté  dans laquelle le pays est plongé depuis qu’Alpha Condé est arrivé au pouvoir en 2010 et construire des routes et des logements sociaux dignes de nom pour le peuple de Guinée.

Selon le conférencier qui n’a pas manqué de s’attaquer à la gouvernance de son ami Alpha Condé  arrivé au pouvoir en 2010 à l’issue des élections présidentielles où le parti DIAMA avait fait la fusion avec le RPG-Arc-en-ciel.

De son intervention, Elhadj Mohamed Mansour Kaba dira qu’en dehors de la construction du barrage de Kaleta, rien ne justifie le travail d’Alpha Condé  en Guinée, y a trop de poses de première pierre sans lendemain meilleur.

« En 7 ans de gestion, on a assisté à la pose de la première pierre que d’inauguration des travaux. Le développement d’un pays ne se fait pas par le régionalisme. En dehors des barrages de Kaleta, de Souapety et d’Amarayah, rien ne justifie le travail d’Alpha Condé. Ce qui est fait en Basse Guinée, on peut faire la même chose en Haute Guinée, Moyenne Guinée et en Guinée Forestière », a déclaré Mohamed Mansour Kaba.

Mohamed Mansour Kaba  regrette  que son ami Alpha Condé continu à se comporter comme un opposant.  « Mon ami Alpha Condé continu à se comporter toujours comme un opposant », a-t-il ajouté.

Pour finir, il invite Alpha Condé de multiplier la construction de barrages, par la construction de micro barrage sur les fleuves en Moyenne Guinée, Haute Guinée et en Guinée Forestière.

Auteur : Sana Sylla.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here