Guinée : en visite aux Etats-Unis, comment Alpha Condé veut convaincre les investisseurs américains

11045
En entamant ce 8 septembre sa visite aux Etats-Unis, Alpha Condé s’est posé en VRP d’une Guinée « open for business » pour des investissements américains massifs. Pourtant, le teasing économique de cette visite cache mal le jeu d’’équilibriste d’un président aux prises avec la rue sur la question, plus politique, de la réforme constitutionnelle. Explications.

En guise de « cadeau » de bienvenue à Washington, le département américain de l’énergie a octroyé à son pays une subvention d’un million dollars aux fins d’une étude d’impacts pour l’exploration de gaz par une société américaine. Mais dans le cadre de sa visite entamée au pays de l’Oncle Sam depuis le 8 septembre dernier, Alpha Condé lorgne déjà le portefeuille plus fourni des investissements américains qu’il veut attirer en Guinée.

« La Guinée a d’immenses potentialités. Nous ne voulons pas être fournisseur de matières premières. Nous voulons que les entreprises y viennent pour travailler chez nous et créer de la valeur, c’est-à-dire transformer notre bauxite en aluminium, nos minerais de fer en acier et nos produits agricoles en produits finis […]», confie le président guinéen dans une interview à nos confrères de VOA.

Guinée, « open for business » pour les capitaux américains

Depuis son arrivée à Washington, le président guinéen mène au pas de charge des rencontres avec des hommes d’affaires américains, des visites à des structures d’appui à la coopération économique de la diplomatie américaine et… une vaste opération séduction en direction des milieux économiques. L’objectif affiché est d’envoyer le message d’une Guinée « open for business » aux détenteurs de capitaux américains.« La stratégie repose essentiellement sur les potentialités minières et agricoles de la Guinée en vantant l’ouverture de la Guinée aux entreprises étrangères, américaines en particulier », nous explique Kabinet Fofana, analyste politique guinéen.

Dans la délégation présente aux Etats-Unis, le président guinéen a embarqué des success-stories pour faire mouche. A la tête de la startup Tulip IndustryMountaga Keïta, l’entrepreneur multi-primé pour son invention de « l’ordinateur debout » est la tête d’affiche de la délégation. A côté de lui, le jeune Bakary Diaby qui dirige la Société guinéenne de business, d’équipements et de construction (Soguibec), spécialisée dans les BTP et les télécoms. Le très influent homme d’affaires Kerfella Pearson Camara (KPC), patron de la holding Guicopres, fait également partie de la délégation. « Cela donne l’image d’une délégation diverse composée d’entrepreneurs guinéens pour mettre en avant l’innovation et d’investisseurs locaux pour accompagner les futurs projets », complète le président de l’Association guinéenne de sciences politiques(AGSP)

Mais la stratégie de séduction des capitaux américains semble se heurter au mur de la perception. A la 30e place au niveau africain, la Guinée est classée au 152e rang mondial (sur 190) dans le dernier classement Doing Business sur les critères de facilitation des affaires. La multiplication des scandales de corruption et des litiges dans le très stratégique secteur minier (or, fer, alumine, manganèse,…) ont poussé plusieurs entreprises du secteur à quitter le pays. Loin de refroidir son ardeur, le gouvernement a engagé des chantiers dans les domaines de l’énergie et de l’infrastructure, notamment pour satisfaire l’appétit d’ogre des entreprises chinoises pour la bauxite dont la Guinée est le 2e exportateur mondial.

Business sans regard sur le volet démocratique, le dilemme des partenaires

« Il y a quand même un dilemme qui fait qu’aux Etats-Unis, le business occupe une place importante, mais aussi que c’est un pays de culture démocratique. L’opinion publique américaine fait pression sur ses entreprises pour qu’elles regardent non seulement le climat des affaires, mais aussi le niveau de démocratie dans le pays où ils investissent »,fait remarquer Kabinet Fofana. Dans un contexte de guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, l’arrivée d’investisseurs américains, et dans une moindre mesure la présence d’entreprises russes, entre dans le cadre d’une stratégie bien huilée du président guinéen de jouer la carte de la diversification des offres dans le secteur minier.

Loin de la marque économique que l’on souhaite imprimer à cette visite, le déplacement d’Alpha Condé à Washington pourrait relever de la simple stratégie politique. « Cette visite est pour moi une manière de tester les partenaires étrangers en mettant sur la table des opportunités économiques afin de voir ce qu’elles vont peser face à leur opposition au projet de changement de constitution », relève pour sa part Clément Boursin, responsable des programmes Afrique à l’ACAT France.

Contre l’avis de certains de ses proches, face à la rue et à la société civile, le président de 81 ans a engagé son gouvernement et le RPG (le parti au pouvoir) dans un projet de remplacement de l’actuelle constitution qui limite à deux -sans équivoque- le nombre de mandats présidentiels. Avec un verrouillage sécuritaire sur la capitale pour contenir toute marche de protestation contre le changement de la Constitution, les ministres et les alliés politiques se relaient dans les médias et à l’international pour tenter de trouver la caution au projet voulu par le président guinéen.

En choisissant de mettre en avant l’aspect économique de sa tournée américaine, le président guinéen passe sous silence son projet très controversé qui constitue un boulevard à un troisième mandat. Ce n’est pas seulement le manque de stratégie diplomatique du 45e président des Etats-Unis qui explique qu’aucune rencontre entre Donald Trump et Alpha Condé ne soit prévue. Les remous provoqués par la volonté d’instaurer une nouvelle république sont sans doute remontés à Washington.« Ce qui est intéressant à relever, souligne encore Clément Boursin, c’est que les Etats-Unis sont les premiers partenaires de la Guinée à s’être opposés au projet de modification de la Constitution. Cette visite est une manière d’amadouer les investisseurs en leur envoyant un message clair : « Venez faire du business sans regarder les aspects démocratiques ».

Tribune

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here