Colonel Issa Camara: ennemi de la démocratie et le criminel qui a réprime les populations dans l’impunité (Thierno Mamadou Tanou Diallo, journaliste, consultant médias)

732

Le 28 septembre 2009, la Guinée a enregistré des crimes abominables, qualifiés par les Nations Unies et toutes les institutions nationales et internationales de crimes contre l’humanité. Plus de 8 ans après, les auteurs de ce génocide, bien que connus de tous, sont toujours en position et continuent de sévir contre la population civile en Guinée !

Ce  criminel que vous voyez sur cette photo, comme un cadavre gonflé, avec bracelets et bagues de pirates à tous les doigts, n’est autre que l’ancien Secrétaire d’Etat chargé des conflits de l’ex junte militaire CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développement) qui termina son règne par un génocide le 28 septembre 2009. Ce milicien, inculte et barbare, était alors lieutenant dans l’armée guinéenne.

Jusque 3 mois avant les crimes contre l’humanité que son équipe a planifiée et perpétrée contre une partie de la population guinéenne, le 28 septembre 2009, le lieutenant Issa Camara, s’était érigé en procureur de la République et juge de « première et dernière instance » du pays sous le CNDD.

Voici quelques déclarations de l’époque de notre juge improvisé du CNDD, Issa Camara, quand on lui demanda de citer les articles de la loi sur lesquels il se référait dans ses jugements :

« Chez moi, il n’y a que deux articles : Article premier, c’est la vérité et l’article 2, c’est le mensonge, terre à terre …. ».

« Pour que le pays progresse, il faut se baser sur la Fatiha (prémière sourate du coran). Même au temps de feu président Sékou Touré, c’est cette Fatiha qui dirigeait le pays. Parce que tout simplement, il y a des malintentionnés qui pensent toujours aux coups d’État. En Afrique, les véritables ennemis de nos pays ce sont les intellectuels. Ce sont eux qui viennent manipuler les militaires, les soldats »

« Au Secrétariat d’État aux conflits, tous les verdicts, les jugements sont rendus après un débat public, pour la plupart médiatisés. La presse se doit de nous assister dans ce travail, nous aider à faire triompher la vérité. Tous ceux qui refuseront de s’inscrire dans cette logique sont purement et simplement des criminels ».

« Dieu a créé l’univers et l’a divisé en deux grandes parties : L’Europe qui est occupée par la peau blanche et l’Afrique par nous les noirs. J’ignore la troisième si ce n’est que l’au-delà ».

Parlant des Grands Magistrats de l’Histoire, Issa Camara déclare :

« Nos ancêtres, Montesquieu, Soumaouro Kanté, Soundjata Kéita faisaient des jugements sans avoir besoin des articles des avocats ».

Même Dadis, après que le barreau de Guinée ait décidé de la cessation de toutes ses activités tant que ce gigolo officierait ou se substituerait aux juges normaux, finira par éloigner ce fou du gouvernement et de Conakry, en le soulageant avec le titre de Capitaine. Il ira d’ailleurs s’occuper de problèmes de bétails à Mamou. Eux ne risquaient pas de porter plainte contre lui.

Après le génocide du 28 septembre 2009, tant les forces vives de Guinée dont le RPG était membre, l’Union Africaine, l’Union Européenne, que les USA mettront nommément le Capitaine Issa Camara en cause.

Malgré tous ces faits, ce criminel, illuminé des écervelés du CNDD, Issa Camara, obtiendra du nouveau Président Alpha Condé une promotion au grade de Colonel et le poste de Préfet de Mali Yemberen, renforcé de la fonction de Coordinateur de l’armée dans la région Fouta.

Ceci, alors que (ou plutôt grâce au fait que) Issa Camara ne cachait pas sa haine contre les Peuls et les ressortissants du Fouta avant les massacres du 28 septembre 2009 qui en seront d’ailleurs les principales cibles et victimes.

Pas étonnant donc, puisqu’au lieu d’être sanctionné pour ses crimes contre l’humanité il en a été plutôt remercié et récompensé, que cet officier militaire profite de toutes les occasions pour continuer à massacrer les populations du Fouta.

Ainsi, rappelons que le  17 juin 2016, ce bandit au titre de Colonel, probablement en manque, a de nouveau fait parler de lui en Guinée, en organisant le « vandalisme et le gangstérisme militaire » sur la population de la préfecture de Mali. Juste parce qu’un conducteur de camion « a été trop lent » à lui céder  le passage.

– Si Alpha Condé avait été responsable et digne du titre de Premier magistrat du pays,
– Si la justice guinéenne avait fait son travail,
La population de Mali Yemberen n’aurait pas été, à son tour, victime du criminel recidiviste Issa Camara ce weekend passé.

Nous condamnons avec la dernière énergie ces nouveaux crimes organisés contre la population guinéenne à Mali Yemberen et exigeons :

– Que Issa Camara et ses complices soient démis de leurs fonctions et traduits en justice,
– Que toutes les victimes soient prises en charges et évacuées à Conakry ou à l’extérieur pour des soins adéquats et
– Que les victimes des violences et des pillages soient dédommagées !

En mi décembre 2013, le monde entier a été témoin de la réaction musclée du pouvoir contre les éléments des forces de l’ordre qui se sont rendus coupables de la mort du jeune Balla Condé à Kankan. Cela a avait provoqué des affrontements entre la population et les gendarmes de Kankan. Bien que les éléments des forces de l’ordre furent ceux qui ont enregistré de lourdes pertes, y compris en vies humaines, des responsables de sécurité seront suspendus et même mis aux arrêts. Cette réaction du pouvoir était correcte dans la mesure où c’est un acte irresponsable et criminel des Gendarmes qui avait provoqué l’émeute.

Par ailleurs, on se rappelle de la rapidité avec laquelle la justice guinéenne a agi contre des militants et responsables de partis de l’opposition dans certaines localités du pays pendant la campagne présidentielle de 2015.

Nous attendons de voir, quelle sera la réaction d’Alpha Condé et de son régime RPG cette fois-ci, sachant que Mali Yemberen est considérée comme zone électoralement favorable à l’opposition.

Il faut que l’impunité et la politique des 2 poids 2 mesures cessent en Guinée. Il faut que les populations de Mali prennent leurs responsabilités et se lèvent comme un seul homme pour refuser toute compromission ou tout compromis et mettre en demeure les autorités gouvernementales, militaires et judiciaires de rendre justice aux victimes de ce bandit et loubard et de sa horde. Issa Camara et sa bande doivent tous êtres demis de leurs fonctions, arrêtés, jugés, condamnés et jetés en prison, comme les malfaiteurs qu’ils sont ! Et, en attendant que justice soit faite, eux tous ainsi que leurs familles doivent quitter Mali, apprendre à vivre, ressentir et subir les conséquences de leurs actes barbares. Mali peut donner l’exemple. Mali doit donner l’exemple. Trop c’est trop !

Thierno Mamadou Tanou Diallo, journaliste, consultant médias