Et si Konaté et Rawlings s’érigeaient en donneurs de leçons de démocratie pour certains pays africains ?

270

Ils ont tous les deux opté d’entrer dans l’ Histoire en empruntant la grande porte. L’ancien président de la transition en Guinée, le général Konaté, et son aîné, le capitaine Jerry Rawlings, ancien homme fort d’Accra, ont toujours mis en avant leur complicité, leur entente tacite, leur admiration réciproque quand ils se croisaient dans les allées du siège de l’ Union Africaine, sur les hauteurs de Addis-Abeba, en Ethiopie.

L’ancien homme fort de Conakry, seul dirigeant Guinéen vivant de l’ Histoire à avoir quitté Sékhoutouréyah de son plein gré, transmettant pacifiquement le pouvoir à son successeur, et l’ancien leader du Ghana, ont des atomes crochus. Surtout quand il a été question pour eux, individuellement bien entendu, de poser d’actes concrets allant dans le sens de la consolidation de la démocratie sur le continent.

L’histoire retiendra qu’en Guinée, le général Sékouba Konaté est l’emblème de la démocratie locale. Son héritage est certes imparfait. Mais l’élite guinéenne aurait du surfer sur cet acte, mettre à profit ce précieux legs pour mettre un point final aux sempiternelles violences politiques qui ronge le pays depuis une éternité.

Du côté du Ghana, c’est l’ancien  » putschiste », Jerry John Rawlings qui a engagé le pays dans le processus de démocratisation.
Deux démocrates dans l’âme, des militaires, de surcroît, dont les œuvres auraient pu servir de leçons à une élite africaine prédatrice, cupide, vorace et liberticide surtout en république de Guinée. Pour le plus grand bonheur des populations martyrisées par plusieurs décennies de violences meurtrières nées de la laborieuse démocratisation du pays de Sékou Touré.
Certains observateurs avertis estiment qu’il est temps que Konaté et Rawlings se lèvent comme un seul homme et administrent une leçon magistrale de démocratie à certains  » intellectuels » africains dont la boulimie du pouvoir n’a dégal que leur mépris pour les populations qui veulent enfin sortir la tête de l’eau.
Nouvelledeguinee.com