Medias : Le journaliste Moussa Traoré et sa famille attaqués par des inconnus

9798

Le métier du journalisme devient de plus en plus difficile à pratiquer en Guinée. Le pays a été classé par Reporters Sans Frontières (RSF) en 2019, 107ème sur 180 dans le rang mondial sur la liberté de la presse. Ces dix dernières années, les hommes de medias sont devenus des cibles potentielles pour les membres du pouvoir en place.

Dans la nuit du mardi 03 décembre 2019, notre confrère Moussa Traoré, reporter du sitewww.aminata.com et du groupe de presse l’Indépendant-le Démocrate à été attaqué par des hommes uniformes pendant qu’il quittait sont lieu de travail  dans les environs de 21h à Lambanyi dans la commune de Ratoma.

Le constat sur place est insoutenable, ces visiteurs inattendus ont commencé d’abord à dépouiller le véhicule du journaliste où ils ont pris tous ces matériels de travail entre autres : ‘’clés USB, disque dur, dictaphone, appareil photo, le sac contentent de l’ordinateur avec des documents avant de s’emprendre au domicile du jeune couple’’.

Au salon, les visiteurs fâcheux ont commencé à vider les tiroirs sur lequel la télévision est placée à la recherche des documents avant de pénétrer dans la chambre conjugale du couple. L’armoire vidée, des documents éparpillés partout et d’autres emportés.

Aminata Camara, épouse du journaliste nous raconte la chaine avec les larmes aux yeux, « j’étais assise au salon entrain de regarder la télévision, soudain j’ai vu mon mari rentrer avec deux personnes cagoulés. Parmi eux,  il y’avait un qui détenait une arme. Quand, je lui ai demandé ce qu’ils voulaient de nous, il y’a un d’entre eux qui ma giflée pour me dire de me taire, si je veux avoir la vie sauve. Mon mari m’a dit de me calmer. C’est ainsi qu’ils ont commencé à vider des tiroirs au salon et dans la chambre à la recherche des documents, ils ont pris tous les documents qui étaient importants à leurs yeux ».

Mme Traoré a ajouté : « Mon mari est régulièrement menacé quand il publie des enquêtes par des personnes inconnues  parfois par des personnes même que tout le monde connait  en Guinée tels que des ministres ou directeurs généraux etc… Mais depuis qu’il a publié cette enquête sur les forces de l’ordre, notre vie est devenue invivable pour nous. Je n’ai jamais imaginé que cela allait arriver de la sorte. Mes enfants qui dormaient se sont réveillés brusquement. Ils allaient nous tuer. Par crainte j’ai quitté la maison et je lui ai même dit de changer de métier sinon ils vont le tuer un jour», déclare-t-elle.

Moussa Traoré, très déçu par ces événements, notre confrère martèle : « Vers 19h j’ai pris ma voiture pour rentrer à la maison. J’ai fait un peu de temps sur la route à cause des embouteillages.  Quand je suis arrivé devant ma cour, j’ai éteint ma voiture le temps pour moi d’ouvrir la cour et faire rentrer ma voiture. Ainsi fait, je vois quatre personnes sur  deux motos qui sont rentrées aussi brusquement dans la cour ».

« Un d’entre eux a braqué un pistolet et m’a fait descendre de la voiture puis ils ont commencé à me bastonner notamment avec des coups au niveau de ma poitrine. Dès après, ils ont pris tous mes matériels de travail », affirme notre confrère.

« Avant de partir, ils ont menacé de me tuer si je mets mon nez sur des choses qui ne me regardent pas », a indiqué notre confrère. Jusqu’ici, malgré les multiples appels, aucun agent des services de sécurité ne s’est présenté. Traumatisée, la famille du journaliste Moussa Traoré compte déménager et s’installer ailleurs pour éviter de subir le pire.

Il faut rappeler que ces dernières années, la presse guinéenne est souvent victime d’arrestations arbitraires, des menaces de mort et parfois des disparations physiques comme le cas Cherif Diallo de la télévision Espace. Les journalistes Souleymane Diallo, fondateur du très respecté groupe de presse Lynx-lance-Lynx FM et son directeur de publication avaient été inculpés et placés sous-contrôle. C’est aussi le cas d’Alpha Oumar Diallo, Directeur de Publication dewww.aminata.com et administrateur général du site www.verite224.com qui fait régulièrement l’objet de menaces de mort. Visiblement déterminé à s’octroyer un 3e mandat, le régime d’Alpha Condé multiplie les dérives autoritaires contre la presse guinéenne.

  Sana Sylla