L’ambassade des USA à Conakry « déterminée à lutter contre la chenille légionnaire d’automne en Guinée »

0
70

Une  dizaine de journalistes guinéens ont pris part mardi dans les locaux de l’ambassade des Etats Unis à Conakry à un point de presse téléphonique.  Animée par Mme Regina Eddy, responsable chargée de la sécurité alimentaire de l’USAID, elle a abordé les stratégies par lesquelles le gouvernement des Etats-Unis travaille avec les partenaires pour aider les pays touchés à répondre à ce ravageur envahissant les cultures.

La chenille légionnaire d’automne est un ravageur originaire des Amériques, qui envahit les cultures. Et s’est rependue dans plus de 30 pays d’Afrique.  Aux dires de la conférencière, ce nuisible pourrait causer des milliards de dollars de dommages à plus de 80 cultures différentes (maïs, le riz…).  A ce jour, indique-t-elle, les experts en agriculture estiment que le ravageur a causé des pertes de plus de 13 milliards de dollars dans les pays africains.

Au cours de sa prestation, elle dira que des mesures immédiates s’imposent pour lutter contre l’insécurité alimentaire qui persiste dans le monde. Et, dit-elle, les Etats-Unis restent déterminés à s’associer aux pays africains pour stopper la prolifération de ces chenilles légionnaires et continuent d’appeler les partenaires mondiaux à se mobiliser et à faire en sorte qu’à l’échelle mondiale, une réflexion en profondeur soit menée sur l’Afrique afin d’être en mesure de contrôler ce ravageur endémique.

Elle a insisté sur la nécessité d’organiser les meilleures formations possibles pour appuyer les exploitants agricoles en Afrique.

Pour rappelle, l’USAID, à travers l’initiative feed the future, dirige les mesures du gouvernement américain pour combattre ce ravageur aux côtés d’une large coalition de partenaires y compris le secteur privé, des universités, des donateurs, des institutions de recherche et les pouvoirs publics de certains pays.

Après l’intervention de Mme Regina Eddy, présent à cette rencontre, Mamy Keita, spécialiste des questions agricoles et environnementales  à l’USAID a estimé que ces insectes ravageurs sont plus dangereux que le virus Ebola.

« Ils parcourent 100 Km par nuit. La femelle dépose 200 œufs. Supposons que 200 femelles déposent 200 œufs. Vous voyez le nombre écrasant. C’est tout une armé  d’insectes qui peut ravager des milliers d’hectares par nuit, » introduit l’expert.

Pour M. Keita, en 2017, plusieurs champs de riz et maïs  ont été dévastés par ces chenilles en Guinée.

« On dénombre plus de 900 hectares détruits à Kindia, 553 hectares à Mamou, Dabola et d’autres zones du Fouta. Aujourd’hui, toutes la Guinée est envahie par ces insectes » indique-t-il.

Comme conséquences  de cette chenille, M. Mamy Keita énumère la famine et l’exode rurale.

C’est pour quoi, dit-il, comme plan d’action, il a estimé la mise en place d’un réseau de surveillance rapide, la formation des agents de la brigade de surveillance en les dotant des équipements numériques ainsi que des engins roulants.

« Il n’y a pas de produit chimique approprié pour lutter contre ces insectes mais, il y a des produits chimiques moins toxiques notamment le phéromone à utiliser en attendant », conclu-t-il.

Minkaêl BARRY 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here