Lancement interrompu du Mouvement Amoulanfé par les forces de l’ordre :Pépé Francis HABA de l’UGDD, contre-attaque

9316

Pépé Francis HABA, Président par Intérim du parti l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD), a accordé une interview   à notre rédaction au cours de laquelle le jeune politicien engagé a largement contre-attaqué les agissements du pouvoir contre les manifestants du FNDC de N’zérékoré ainsi qu’à l’arrêt musclée des forces de l’ordre du lancement du mouvement Amoulanfé.

 Leverificateur.net :Il y a eu un mort suite à la marche du FNDC de N’zérékoré fortement réprimée par les forces de l’ordre. Quelle en est votre réaction ?

Pépé Francis HABA :C’est vraiment dommage, c’est dommage qu’à chaque fois que des Guinéens, des opposants sortent pour manifester leur mécontentement, ce qui est un droit constitutionnel, que le Président Alpha CONDE à travers ses structures empêche, terrorise les paisibles citoyens, les tue et les blesse parce que tout simplement ils veulent protester.

La situation de N’zérékoré est un exemple parmi des milliers. Depuis qu’Alpha CONDE est au pouvoir, nous assistons à une avalanche de répressions conduisant à un nombre de morts que nous ne pouvons plus compter. Cela dit, l’UGDD par ma voix condamne avec la dernière énergie, cette barbarie que le régime continue à infliger aux populations guinéennes.

Dans une république démocratique, on ne peut pas accepter le deux poids deux mesures, on ne peut pas admettre que ceux qui supportent une nouvelle constitution manifestent et que leursmanifestions soient autorisées et bien encadrées et celles des camps opposés soient réprimées dans le sang.

En tout cas, il faut travailler de façon à ce que la mort du jeune CONDE à Nzérékoré ne soit pas vaine, il faut que nous nous arrangions à ce que ce projet suicidaire ne voit pas le jour en république de Guinée.

Avec ce rythme de repression, est ce que le FNDC va reculer ?

Non, il n’y aura pas dereplis.D’ailleurs le FNDC a programmé une série de manifestations dans les jours qui viennent. J’ai fait appel aux structures et militants de notre parti pour qu’ilsadhèrent massivement à ces marches qui vont montrer au pouvoir public qu’on ne va pas avoir peur,qu’on va pas céder à la terreur et que nous allons continuer à manifester et à user de notre droit constitutionnel.

Nous allons nous opposer jusqu’à notre dernière énergie.

 Le lancement du Mouvement Amoulanfé a été interrompu par les forces de l’ordre. Qu’en dites-vous ?

C’est un autre visage du pouvoir de répression d’Alpha CONDE, le Mouvement AMOULANFE a voulu faire le lancement officiel de ses activités hier dans un espace clos, de façon à éviter tout débordement. Malheureusement, je suis stupéfait que les forces de défenses et de sécurité y aient fait irruption et aient empêché la cérémonie de lancement. C’est vraiment dommage, c’est une honte pour ces forces de l’ordre qui sont pourtant nourris, habillées et logés par ces mêmes citoyens qu’ils sont en train de terroriser.

Je dis halte à ces agissements, halte à la terreur. Je leur dis que la roue tourne. Aujourd’hui, ils sont avec le pouvoir qui les protège mais demain ça peut ne pas êtrele cas. Ils répondront donc à leurs actes devant les tribunaux.

Votre mot de fin.

 Je demande au peuple de Guinée de rester serein, de ne céderni à la terreur, ni auxmenaces, ni aux intimidations, ni à la manipulation ethnique puis que la lutte contre le pouvoir à vie du clan au pouvoir est une lutte citoyenne.

Interview réalisée par Léon KOLIE pour le vérificateur.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here