Le Congrès américain valide officiellement la victoire de Joe Biden

72

 Cette validation intervient après une soirée de chaos au Capitole où des manifestants pro-Trump avaient réussi à pénétrer.

Après le chaos de mercredi soir au Capitole, le Congrès a validé ce jeudi la victoire de Joe Biden à la présidentielle, dernière étape avant son investiture le 20 janvier.

Le vice-président républicain Mike Pence a certifié le vote de 306 grands électeurs en faveur du démocrate contre 232 à Donald Trump, à l’issue d’une séance des deux chambres interrompue par l’intrusion de partisans du président sortant qui ont semé le chaos dans le Capitole.

Censée être une simple formalité, cette certification a donc tourné mercredi à « l’insurrection », « presque à la sédition » selon les termes de Joe Biden, quand une foule de supporteurs du président sortant a envahi le Capitole, interrompant les débats.

Trump promet une « transition ordonnée »

Les images prises de l’intérieur du majestueux bâtiment situé au cœur de la capitale fédérale américaine marqueront l’Histoire : élus portant des masques à gaz, agents de la police en civil arme au poing, manifestants installés dans les bureaux des parlementaires.

VIDÉO. Violences au Capitole : Biden dénonce une « agression sans précédent » contre la démocratie

Elles resteront à jamais associées à la fin de mandat tumultueux de Donald Trump, dont le jusqu’au-boutisme a aliéné une partie de son propre camp. Ce dernier, dans la foulée de la certification de la victoire de Biden, a pourtant promis une « transition ordonnée ».

Il reconnaît « la fin de son mandat » en le qualifiant au passage de « plus grand premier mandat de l’histoire présidentielle ». Mais Donald Trump ajoute que « ce n’est que le début de notre combat pour rendre l’Amérique à nouveau grande ! ».

Biden investi le 20 janvier

Joe Biden prendra donc officiellement ses fonctions le 20 janvier prochain. Pour mener à bien sa politique, le futur président démocrate pourra compter sur le soutien du Sénat, puisque son camp en a repris le contrôle aux républicains.

Le Parisien