Lutte contre la torture en Guinée : les forces de défenses et de sécurité au cœur d’une rencontre à Conakry

182

Dans le cadre de la lutte contre la torture, le Haut Commissariat des Droits de l’Homme a organisé ce mercredi 26 juin  à Conakry, une journée de concertation avec les forces de défenses et de sécurité pour le soutien des victimes de la torture.

Le thème de cette rencontre était de parler sur le rôle et responsabilités des membres des forces de défenses et de sécurité en Guinée.

A l’entame de son discours, le représentant du haut-commissariat des Nations Unies aux droits humains (HCDH) Louis Marie Bouaka indique que, la journée d’aujourd’hui est consacrée spécialement aux autorités pour  discuter pour   une solution.

« Cette 2ème  journée est spécifique, par ce que c’est une occasion qui est offerte  aux praticiens de s’exprimer de dire pourquoi il ya des cas des tortures dans leurs services, et ensemble nous allons discuter pour trouver la solution, » indique t-il Louis Marie Bouaka.

« Ont va passer des textes à la pratique car en guinée les textes sont claire maintenant vous allons essayer de changé le comportement c’est la raison pour la quelle cette session est réservé aux autorités chargé d’appliqué la loi, ».

« Des magistrats, les avocats, et les officiers judicaires de polices gendarmerie. L’occasion de vider le problème, il est vrai que certains auteurs d’actes de tortures sont poursuivis  mais c’est n’est pas donc, on va continuer à ce que les victimes puissent exercer leur droit et saisir la justice en question, » dit-il.

De son côté, le président de l’institution Nationale Independent de Droit de l’Homme (l’INIDH)

Dr Alya Diaby  a fait savoir qu’il ya des progrès en matière de la torture : « le bilan pour la Guinée du point de vue d’ensemble de se secteur des Nations Unie a reconnu qu’il ya eu des progrès, la déclaration commune de tous les mécanismes qui luttent  contre la tortue, reconnait qu’il ya eu des avances , le chef de cabinet a fait un bilan de la situation dans la salle on se rencontre qu’il ya des progrès mais nous devons continuer a veillez a ce que les forces de défenses et sécurités se rapproche d’avantage au respect de l’interdiction absolu de la torture, » déclare le président de (l’INIDH).

Pour sa part, le Colonel Mamadou Soumah, coordinateur des unités de BAC (brigade anti criminelle en Guinée).

« Nous sommes tous unanimes que tout le monde est contre la torture, ce n’est pas une bonne chose, et à  notre niveau, j’ai interdis de pratiquer  la torture ; une foi prendre un voleur sur les faits ou un criminel, c’est de l’interpréter, » a –t-il conclu.

Auteur : Sana Sylla 625.480.252

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here