« Marc Yombono c’est un affamé d’argents, il faut que le Président de la République revoit…»

506

La Fédération des Ferrailleurs de Guinée a manifesté son mécontentement, ce mardi 17 Avril 2018 à contre le ministre du Commerce Marc Yombouno. Ces manifestants justifient leur décision au comportement du ministre qu’ils accusent d’avoir attribué un marché au profit d’une société de la place du nom de ‘’ODHAV Multi Industri à Kissosso dans la commune de Matoto moyennant une forte somme d’argent.

Devant un responsable de la dite société, Sékou Diakité, membre de la fédération raconte: « quand il (responsable de la société) m’a appelé, il m’a demandé qu’il ya quel problème ? Je lui ai rappelé le bien fondé de notre grogne. La première, vous avez dit au ministre de prendre votre société et chez la société Ama comme centre de tri. Pour Ama aussi, c’est formel et c’est une manière pour vous de monopoliser.

Lui en personne m’a dit qu’il n’a pas de place pour le tri. Je lui ai dis pourquoi maintenant le ministre se bat pour vous ? Il m’a répondu que ce n’est pas eux qui ont dit au ministre de faire le travail comme ça, seulement il veut se faire plaire. Eux même, ils ne sont pas prêt pour le monopole, ils ont tentés sans réussite et Adama SIDIBE a subi  le même coup de fouet. Dans la société ODHAV, il n’y a que les journaliers, les embauchés  qui sont là-bas ne dépassent  pas trois personnes,  tout le reste ce sont des journaliers. Toutes ces sociétés embauchent les travailleurs sauf chez ODHAV », a-t-il expliqué.

De son côté, Zakaria KEITA, membre de la fédération n’a pas tardé à s’attaquer au ministre en ces termes :

« Le nommé Marc Yombono c’est un affamé d’argents, il faut que le Président de la République revoit son cas. C’est la troisième fois qu’il interrompe notre travail ici. Nous on ne va plus se laisser faire, il a fait pour la première fois avec ADAMA, il a vu cela ne va pas marcher, il est revenu encore avec l’ODHAV. On ne va pas se laisser encore. Tout ce qu’il peut faire c’est de libérer les autres sociétés de travailler, sans ça, on ne va pas travailler, les autres ne vont pas travailler et l’ODHAV aussi ne va pas travailler. Aujourd’hui c’est l’ODHAV ici, demain c’est à Kabgélen, tant qu’il n’y a pas de résultat final, l’activité de faire est arrêté », a-t-il dit.

In: guineemail.com