Mon message de combat, d’unité et de compassion au peuple de Guinée

63

Par Lamarana Petty Diallo
Quand ils sont venus tuer…
Ils ont d’abord tué les Peulhs
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Peulh
Puis ils ont tué les Soussous
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Soussou
Ils ont tué les Guerzés
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Guerzé
Après ils ont tué les Landoumas,
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Landouma
Après ils ont tué les Tomas
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Toma
Et ils ont tué les Konias
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Konia
Ce fut le tour des Kissiés d’être tués
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Kissié
Puis ils sont allés tuer les Kpélés
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Kpélé
Puis ils ont ciblé les Diakankés
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Diakanké
Ils se sont tournés vers les Malinkés
Je n’ai rien dit parce que je n’étais pas Malinké
Ils sont venus tuer mes voisins
Je n’ai rien dit parce que je n’aimais pas les voisins
Ensuite ils sont venus assassiner ma femme
Je n’ai rien dit parce que ma femme ce n’était pas moi
Le lendemain ils sont venus pour me tuer
Et il ne restait plus personne pour me défendre.
Guinéens, Guinéennes, évitons ce scénario
Soussous/ Guerzés/ Landoumas/Tomas/ Konias/ Kissiés/ Kpélés/Diakankés/ Malinkés et les autres
Agissons avant qu’Alpha Condé, Malick Sankhon et leurs milices ne finissent de tuer les Peulhs . Après eux, ce sera votre tour.

Post- scriptum : Poème inspiré de « Quand ils sont venus chercher… », du Pasteur Martin Niemöller, juif allemand (1892–1984) qui avait initialement soutenu l’accession au pouvoir d’Adolf Hitler. Quoi qu’ayant soutenu le système dès ses débuts, il sera déporté aux camps de concentration nazis. Il dénonce dans un discours tenu le 6 janvier 1946, la lâcheté des intellectuels allemands au moment de l’accession des nazis au pouvoir et des purges qui ont alors visé juifs, communistes et autres.
Dans son mea-culpa, il demanda à l’auditoire, qui se souciaient d’eux ? C’est exactement ce que nous vivons en Guinée. Qui se soucie des victimes qu’on rejette des morgues, des hôpitaux. A qui on refuse sépulture et prière mortuaire ? Qui se soucie des femmes bouclier-humain, violentées et violées ?
Jusqu’à quand ça va continuer ? Y en a assez de morts. Y en a marre de troisième mandat dans des marres de sang. Rien à faire d’élections sur les cadavres de mes compatriotes et de mon ethnie et celle des autres.
Chers compatriotes, plus que les meurtres, les assassinats, les violences, les viols, le silence est plus coupable.
Levons-nous, sinon nous mourrons tous. Que se taisent les médiateurs qui jurent sur le Coran et la loi alors qu’ils osent Dieu et craint un homme. Y en a tout simplement marre. On ne meurt pas pour un homme !
Lamarana Petty DIALLO lamaranapetty@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here