Page noire: le colonel Issa Camara n’est plus

123

Il a fait la pluie et le beau temps dans la préfecture de Mali. Avant d’y semer la terreur. L’ancien ministre du Conseil National du Développement et de la Démocratie a tiré sa révérence, mercredi, sur les rives de la Lagune Ebriée, à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, a constaté Nouvelledeguinee.com
Issa Camara a brillé, il y’a quelques années, par sa capacité de nuisance, ses caprices, sa mégalomanie, mais surtout, par son goût inégalé pour l’abus de pouvoir dans la préfecture de Mali, en Moyenne Guinée.

L’histoire retiendra qu’en juin 2016, le soldat Issa Camara, à l’époque patron du Camp militaire de Mali, a plongé cette région oubliée de l’Etat dans une vive tension.
Après avoir fait torturer, dans le sang, un pauvre chauffeur d’un camion, Issa Camara donne l’ordre à ses hommes de tirer à balles réelles sur les populations de Mali. Ce n’est pas tout. Les soldats pillent, vandalisent et incendient les commerces. Le bilan est lourd au sein de la population: plusieurs blessés graves par balles et des dégâts matériels évalués à des centaines de millions de francs guinéens.
Bizarrement, au lieu de radier Issa Camara de l’armée, Alpha Condé, muet sur les crimes et exactions commis à Mali, bombarde l’ancien controversé ministre de Dadis au poste de préfet de Yomou, en Guinée Forestière.

In nouvelle de guinée, partenaire de leverificateur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here