Paris: quand Ibrahima Sory Makanéra dérape en injuriant publiquement l’ambassadeur Amara Camara

63

Ibrahima Sory Makanéra Kaké a-t-il perdu le nord ? Ce « juriste » est il complètement à l’ouest ? Le matamore du Kakandé a-t-il perdu la raison pour avoir des problèmes avec la vérité ? Suite à l’appel du Fndc de manifester, lundi 14 octobre 2019, en Guinée, mais aussi à l’extérieur du pays, contre un éventuel projet de nouvelle constitution,le représentant de l’ Union des Forces Républicaines de Sidya Touré en France a, malheureusement, franchi la ligne rouge.
A la tête d’une dizaine d’individus, Ibrahima Sory Makanéra Kaké investit l’ ambassade de Guinée, au 51 rue de la Faisanderie, dans le très huppé 16e arrondissement de Paris. Sur place, le fameux « juriste » , en perdition sur les rives de la Seine, lance une manifestation non autorisée par la préfecture de Paris. Il est 11 heures, heure locale.
Bonjour les dérapages…
Devant l’ambassade, le  » juriste » multiplie les bévues avec un talent négatif qui relève de l’exploit. Aussi étonnant que cela puisse paraître, au lieu de s’en prendre vertement aux promoteurs d’une nouvelle constitution, Ibrahima Makanéra Kaké se met à débiter, toute honte bue, des incivilités qui qui ne l’ honorent guère. Le «  juriste » de l’ Ufr bascule dans une attitude qui va à l’encontre du savoir-vivre si cher aux Français. et à la France, pays d’adoption du natif de Boké.
Esseulé, prêchant dans le désert au moyen d’un mégaphone, Makanera étale sa légèreté en proférant sauvagement des insultes à l’égard de l’ambassadeur, Amara Camara. Son aîné de loin.

En proie à une folie des grandeurs, Ibrahima Sory Makanéra traite le valeureux diplomate et homme de culture de tous les noms d’oiseaux.
Quelle honte de sa part !
Pour rafraîchir la mémoire de poule du  » juriste » de l’ Ufr, il est important de lui rappeler que son excellence Amara Camara reste et démeure l’un des meilleurs ambassadeurs de la République de Guinée à Paris depuis le rétablissement des relations diplomatiques, à la fin des années 70, entre nos deux pays.
Humble, cultivé, intègre, bosseur devant l’éternel, grand adepte de la justice, homme de paix et de dialogue, rassembleur, l’ambassadeur Amara Camara est aux antipodes de l’image négative que Makanera Ibrahima Sory tenteméchamment, cyniquement et désespérément, de lui associer. Ibrahima Sory Makanéra, qui a profité des largesses de l’ambassadeur, de quelques faveurs au consulat, sait pertinemment que l’ambassadeur Camara a pour devise de servir correctement, dans la règle de l’art, tous les Guinéens. Sans exclusive.
Preuve !
Depuis son arrivée aux commandes du 51 rue de la Faisanderie, force est de reconnaître qu’il y’a eu, en un laps de temps, un réchauffement spectaculaire et historique des relations, jadis houleuses et tendues, entre la communauté et l’ambassade. En fin diplomate et stratège hors pair, l’ancien haut fonctionnaire de l’ Unesco, que n’en déplaise à Makanéra, a su recoller les morceaux. Et mettre, du coup, un point final, avec dextérité, à la crise de confiance qui a longtemps plombé les rapports entre les Guinéens de l’ Hexagone et l’ambassade. Comme pour dire que les agissements rétrogrades de Ibrahima Sory Makanéra sont, malheureusement pour lui, un sacré coup d’épée dans l’eau.

Par Abdoulaye Coumbassa, à Paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here