Présidentielle ivoirienne de 2020: Gbagbo estime qu’il faut des conditions pour une élection apaisée

7008

La réconciliation nationale est un prérequis pour la présidentielle de 2020, selon l’ancien président Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale, mais en liberté conditionnelle en Belgique. « Aujourd’hui, tout le monde parle d’aller aux élections en 2020.

Le président Laurent Gbagbo estime qu’il faut des conditions pour une élection apaisée. (Il)demande la réconciliation des Ivoiriens avant les élections de 2020. C’est ce qu’il souhaite pour la Côte d’Ivoire afin d’éviter les mêmes crises que les Ivoiriens ont vécues en 2010″, a fait savoir Sébastien Danon Djédjé, le vice-président du Front populaire ivoirien (frange restée fidèle à l’ancien président), lors d’un meeting à Toumodi (centre du pays) le 6 juillet 2019.

Le temps des alliances

En Côte d’Ivoire, à quelques mois de la présidentielle, les tractations politiques vont bon train. Notamment entre le FPI pro-Gbagbo et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) dirigé par l’ancien président Henri Konan Bédié, ex-allié de l’actuel dirigeant ivoirien, Alassane Ouattara.

Dans un communiqué, le parti de Laurent Gbagbo précise qu’il est depuis janvier 2019, sur instruction de son chef, « dans une campagne pour la réconciliation nationale parce (qu’il considère) que la réconciliation n’a pas été faite ». Les responsables de la formation politique ont ainsi rencontré ceux du PDCI le 8 juillet 2019.

« Nous avons écrit à toutes les formations politiques et a beaucoup d’associations dans le pays (…). Le PDCI-RDA est le premier parti à accepter notre courrier de rencontre et nous sommes venus pour entamer déjà les discussions. » De son côté, Henri Konan Bédié évoque depuis de longs mois un rapprochement avec Laurent GbagboSelon La Lettre du Continent et plusieurs sites ivoiriens, une rencontre entre les deux hommes serait imminente.

Le Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here