Réforme constitutionnelle en Guinée: Koureissy Condé souffle le chaud et le froid

7313

Le président du parti Alliance pour le Renouveau National (ARENA), Dr  Sékou Koureissy Condé était devant la presse ce jeudi 23 mai à Conakry. Objectif, parler de la problématique de la réforme constitutionnelle en Guinée dont il qualifie de  « mythe et réalité ».

Dans son intervention, l’ancien ministre de la Sécurité sous l’air Conté Dr. Sékou Koureissy Condé a expliqué l’évolution de la situation politique.

« Nous avons clarifié la position de notre parti, nous avons dit trois choses. La première concerne l’organisation d’un référendum ou l’option référendaire si le Président de la République voulait présenter ou adopter une nouvelle constitution.

Nous avons dit oui, le président de la République peut  effectivement organiser  un référendum juridiquement ceci et inattaquable. Pour preuve lorsqu’un président est en difficulté ou en impossibilité d’assumer ces fonctions, un président par intérim ne peut pas organiser un referendum parce que le président de la République est le seul détenteur d’une parcelle de la souveraineté nationale », a expliqué M. Condé.

Poursuivant, Dr Sékou Koureïssy, dira que « notre souci c’est le  contenu de cette nouvelle constitution que nous attendons,  s’il doit y avoir une constitution, car c’est l’intention qui se dégage actuellement, alors ARENA veut participer au débat. Et le contenu de cette constitution nous ne voulons pas une présidence à vie, nous voulons l’équilibre du pouvoir et la création d’un pouvoir parlementaire, » indique-t-il

« Et pour être dans ce débat, nous ne voulons pas que ça soit un parti politique qui nous présente la constitution, la constitution ne peut pas appartenir à un parti politique, la constitution doit être présentée par un chef de l’Etat ou à travers un organe consultative qualifié. Nous demandons la mise en place immédiate d’un organe consultatif, inclusif rapide pour éviter les dérapages et passions des uns et autres, donc insistons sur un débat pacifique et ouvert pour l’avenir de notre société ».

Pour finir il dira que, ceux  qui critiquent  notre constitution sont en train de s’appuyer sur notre constitution, parce qu’on ne peut pas faire le référendum sans pourtant s’appuyer sur l’article 152,153 et 154. Car ils sont tous dans le code de 2010. A conclu le président du parti.

Auteur : Sana Sylla

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here