Santé: Un tour au dispensaire Saint Gabriel à Conakry

9449

Nous avons récemment effectué un déplacement pour vivre les réalités du dispensaire Saint Gabriel situé à Matoto dans la commune du même nom. 

 Accueilli par le directeur Paul Edouard Bioche, un entretien de plus de trente minutes nous a permis d’aborder divers volets liés à ce centre.

 Pour commencer, M. Paul nous a indiqué que ce dispensaire, créé en 1987 par l’Archévèque de Conakry, vise à offrir des soins de qualité aux plus démunis. 

  » En 1993, il a été créé au sein de ce dispensaire, un service de la prévention de la nutrition qui existe encore, puis en 2002, la création de la maternité qui fonctionne 24 heures sur 24, » introduit le directeur.

Nous faisons également la Consultation prénatale qui consiste à suivre les grossesses et le dépistage VIH. Si la mère est dépistée positive, elle sera suivie pour elle et pour éviter la transmission de la maladie à l’enfant » nous dit-il.

 Parlant de l’équipement, M. Paul nous parle d’un laboratoire où l’on analyse les selles et les urines mais aussi une salle de soins où l’on traite les brûlures et les plaies.  Il existe également un centre de dépistage volontaire du VIH en toute discrétion. 

 Il y’a également une table de réanimation à la maternité pour les enfants nés avec des difficultés notamment respiratoires. 

 Le dispensaire Saint Gabriel possède aussi une ambulance offerte par la direction de la santé de la ville de Conakry. Mais aussi des écrans plats où des vidéos de sensibilisation  sur l’allaitement et la bonne nutrition sont projetées pour les mamans. 

  » On traite le paludisme, les maladies respiratoires notamment la bronchite, les maladies liées à la peau, la rougeole avec le soutien de Médecin Sans Frontière pour la période d’épidémie., » indique-t-il. 

 Ce n’est pas tout, selon notre interlocuteur, grâce aux programmes nationaux, la vaccination et les dépistages ne sont pas payants, les  moustiquaires sont gratuitement distribuées. La nutrition et le suivi de la grossesse sont gratuits. Seulement le patient paye le carnet.

 Au sein du dispensaire, il y a un cours de cuisine pour apprendre aux mamans  à savoir la nature d’alimentation à donner aux enfants. Elles sont également conseillées pour l’allaitement. 

On traite le paludisme, les maladies respiratoires notamment la bronchite, les maladies liées à la peau, la rougeole avec le soutien de Médecin Sans Frontière pour la période d’épidémie,  » indique-t-il. 

 Ce n’est pas tout, selon notre interlocuteur, grâce aux programmes nationaux, la vaccination et les dépistages ne sont pas payants, les  moustiquaires sont gratuitement distribuées. La nutrition et le suivi de la grossesse sont gratuits. Seulement le patient paye le carnet.

 Au sein du dispensaire, il y a un cours de cuisine pour apprendre aux mamans  à savoir la nature d’alimentation à donner aux enfants. Elles sont également conseillées pour l’allaitement. 

Comme partenaires du dispensaire Saint Gabriel, il y a entre autres les programmes nationaux, CRS, Dream, l’UNICEF, Médecin Sans Frontière, Fondation Raoul Follereau, Gynéco sans frontière, Terre des Hommes, la SGBG, Khazaal, UMS etc. 

 Précisons que dans ce centre, une charte pour la bonne conduite est signée par les employés.

 « Pas de ségrégation. L’honnêteté, la fraternité et l’accueil sont cultivés par tous les employés » précise M. Paul. 

 A Saint Gabriel, il y a 70 salariés guinéens, six coopérants français envoyés par l’association française FIDESCO en volontariat pour deux ans.

En 2018, 125 000 personnes y ont été traitées, 33 000 enfants au service de la nutrition, 18 000 suivis de grossesse et 1520 accouchements. 

Reportage réalisé par  Minkael 
623476948

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here