Scandale d’adultère : Le DPE de Dubréka accusé d’avoir détourné une femme mariée

15897

L’adultère est devenu est phénomène récurent en Guinée et qui se produit à tous les niveaux de la vie sociale des populations sans aucune attention particulière des autorités. De nos jours, ce fléau porte préjudice à la destruction de beaucoup de foyers conjugaux.

Cette mauvaise attitude des personnes mariées qui se livrent à un vagabondage sexuel hors de leur mariage n’est pas sanctionnée en Guinée et pourtant, simple harcèlement sexuel est sévèrement sanctionné dans les autres pays à plus forte raison l’acte d’adultère.

Tout récemment, Mr Camara résidant aux Etats Unis s’est confié à notre rédaction pour dénoncer un certain Mr Touré actuellement Directeur Préfectoral de l’Education de Dubreka qui, selon lui, a détourné sa femme du nom de Kadiatou Kanté enseignante de son état.

Selon Mr Camara, la jeune femme Kadiatou Kanté est sa femme légitimement mariée avec un acte de mariage légal (voir photo). Enseignante de son état, elle a été mutée dans la préfecture de Dubréka pour enseigner les cours d’anglais. Aussitôt arrivée, elle a été retenue par le DPE de Dubréka au niveau de la Direction. Ainsi, peu de temps après, Monsieur le DPE a commencé de montrer ses intentions à «ma femme. Moi je vis ici aux Etats Unis depuis longtemps. »

Poursuivant, il affirme que le nommé Mr Touré a fait un abus du pouvoir pour avoir sa femme : « Après de multiples tentatives par Monsieur le DPE pour détourner ma femme, il a finalement usé de son manteau de responsabilité pour avoir ma femme en la proposant une promotion au sein du service. C’est ainsi que ma femme s’est vue promulguée comme chef de service examen au sein du DPE de Dubreka. Ayant utilisé cette stratégie, la jeune femme a fini par céder par la pression mise sur elle. C’est ainsi que les choses ont commencé entre les deux », a-t-il affirmé.

Et d’ajouter : « Monsieur le DPE étant marié, faisait la cachette au départ avec Madame Camara (Kanté). Ce cadre malhonnête et immoral a fini par détourner ma femme complètement, parce qu’il est allé jusqu’à l’engrosser dans mon foyer conjugal. Le monsieur continue de faire la pression sur la jeune femme en lui demandant de m’abandonner, en la faisant quitter son foyer conjugal et aller jusqu’à célébrer un mariage religieux avec la complicité de certains parents sans que ma femme ne divorce avec moi », ajouta Mr Camara très remonté.

«S’agissant du mariage religieux célébré à Mamou, la femme était encore dans mon foyer et prenait sa dépense comme d’habitude. Pour preuve, la femme détient jusqu’à présent certains de mes documents et tous les biens qui étaient en bon état.

Quand j’ai compris le jeu de ma femme avec sa famille et son enfant, je me suis engagé à mener une lutte farouche pour attirer l’attention du gouvernement et la population guinéenne, sur le comportement de certains cadres de l’administration qui usent de leur manteau de responsabilité pour détruire les foyers conjugaux » a-t-il dit.

« C’est ainsi, que madame Camara se voyant dans une position très délicate, a jugé utile de me demander le divorce. Le problème est actuellement au niveau de la justice de Mafanco. Voilà pourquoi, elle tenait coûte que coûte à obtenir son certificat de divorce avec la complexité de Mme le juge Oumou Hawa Doukouré du tribunal de première instance de Mafanco avant mon arrivée à Conakry, pour légitimer M. le DPE. C’est pourquoi Mme le juge a violé toute la procédure de divorce. Le DPE n’a qu’à comprendre que dans cette situation, ils n’ont aucune porte de sortie. La seule voie est de reconnaître les faits car j’ai d’autres preuves plus accablantes dans cette affaire »

De son coté, Mr Touré le DPE de Dubréka affirme qu’il n’a pas de réponse face a cette situation: « Moi si ça concerne ma vie privée, je ne donne pas d’explication à quelqu’un à la radio, et celui qui attaque ma vie privée, lui aussi il me verra sur son chemin. C’est le domaine de la loi. Moi je ne réponds pas à quelqu’un. Pour mieux apprécier la véracité de sa déclaration, il est mieux qu’il vous rabatte vers sa femme, puisqu’il dit que c’est sa femme. Il n’a qu’à donner le numéro de sa femme. Par rapport à ma vie privée je ne peux pas discuter si ce n’est pas à la justice », a-t-il dit.

« Vous pouvez dire à Mohamed qu’il vous montre au moins cette femme qu’elle vous dit effectivement si elle est Mme Camara, si elle a épousé Mr Touré, et vous trouverez la réponse. Je n’ai pas à répondre tout ce qu’il dira, seulement je dirai si j’ai épousé sa femme, ce n’est plus sa femme, mais alors on a qu’à demander à cette femme si effectivement je l’ai épousée. Au lieu de se mettre à parler dans les radios, mieux vaut aller devant les juridictions pour mieux prouver que moi j’ai épousé cette femme, je dirai que ce n’est donc plus sa femme », conclut l’accusé.

Il faut signaler qu’en Guinée, plus souvent les victimes n’ont aucune voie de recours au niveau de la justice, surtout quand il s’agit des cadres ou des riches qui ont des relations avec celle-ci.

Dans nos prochaines publications, nous tenterons de joindre la femme en question pour d’amples informations.

Dossier d’enquête à suivre

Lamarana Dansoko 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here