Sidya Touré sur la sortie de l’Ambassade Russe « nous condamnons l’acte du Diplomate russe »

18088

Le président de l’UFR l’Union des forces républicaines Sidya Touré a présenté, ce vendredi 11 janvier à Conakry, ses vœux de nouvel an aux hommes de médias guinéens et étrangers. La cérémonie s’est déroulée à son domicile à la Minière dans la commune de Ratoma.

À cette occasion, il a organisé un petit  déjeuner de presse qu’il organisait ce matin avec les médias et les membres de son parti. Le président de l’UFR s’est intéressé à la réaction piquante de  l’ambassadeur de la Russe en Guinée, qui dit ‘’ la Constitution guinéenne n’est ni dogme, ni Bible, ni Coran ” continue toujours de faire couler beaucoup d’encre aux salives de nos politiciens. Au cours du petit-déjeuner de presse qu’il a organisé ce d’après-midi devant les membres de son parti.

Le président Sidya Touré a estimé que chacun doit jouer exactement le rôle qui lui est dévolu.

« Le Diplomate a la possibilité d’évoquer les principes basés sur les textes que les Guinéens se sont donnés. Au-delà de ça, l’action n’est sera plus pour la bonne marche du pays. J’estime que c’est une grave erreur. Notre diplomate allumé un peu le feu chez nous dont il ne peut pas l’éteindre. Nous sommes totalement opposés et nous condamnons cette sortie, » a affirmé le président.

Abordant la question de la mairie de Matoto, le président du parti Sidya Touré a rappelé que les élections ont été organisées dans le désordre total dans cette commune. «  Nous avons tenté de faire des alliances avec le RPG qui n’ont pas été pratiquement respectées dans l’ensemble. Pour l’élection du maire de Matoto nous avons voté pour le RPG, » dit-il.

Il dira que, Personne ne nous a défendu  quand on était en difficulté Yansané et Toss sont venus  me voir sur le problème du vote de Matoto  j’ai répondu que je n’étais pas là-bas ils n’ont qu’à aller consulter la justice pour  trancher l’affaire entre eux.

Sur la crise qui préoccupe le secteur éducatif guinéen, le président de l’UFR n’a soutenu que ça pris du temps dans le vide. «  Le gouvernement a manqué de volonté pour mettre fin à cette crise qui ne doit pas être tendue jusqu’à trois mois c’est très simple le sujet. Le contenu du protocole d’accord signé en fait foi. On pouvait se retrouver sur la table de négociation discutée ensemble sur le sujet et signer depuis le deuxième jour de la grève dans notre pays », a conclu le président de l’UFR.

Auteur Sana Sylla

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here