Silence, on vole et on ment ! ( Tribune )

102

L’on a souvent entendu dire que quiconque ment, vole ou vice versa. De ce fait, sous nos cieux en Guinée, les deux sont devenus coutumes. Ils sont couronnés par les assassinats. C’est ancré dans le registre de nos gouvernants.

Il sera très difficile pour les citoyens honnêtes de ce pays d’aider ceux qui sont habitués à ces comportements délictueux et criminels à s’en défaire. La tâche sera aussi rude qu’elle pourrait facilement être inscrite dans l’ordre du mythe de Sisyphe. Camus ressuscité.

Le pays est rendu à un certain niveau de rabaissement que pour le faire sortir de ce trou, il nous faut un homme éclairé, visionnaire, patriote; c’est-à-dire: tout le contraire d’Alpha Condé et sa bande qui va de Mory Doumbouya le dépossesseur moderne de nationalité, à Rachid Diaye qui piaille sur tous les fronts les vertus du tyran de Conakry, son bienfaiteur démocrate, sans oublier les K au carré ou les Joe Bebeto. Des gens qui n’ont aucun mérite d’occuper un portefeuille ministériel ou autre. Sauf sous Alpha. Le pays est orphelin de ses valeureux fils qui ne sont respectés qu’ailleurs.

Peuple de Guinée, le 18 octobre 2020, loin de tout militantisme aveugle, tu t’es exprimé afin d’extirper ce pays des tenailles maléfiques et malencontreuses du pouvoir. Tu as voté pour l’alternance. Merci. Mais au lieu d’avoir droit à la joie, tu as eu droit aux larmes, aux balles mortifères, aux assauts de tes frères armés contre toi (uniquement), aux pillages, à l’emprisonnement. Bilan sinistre.
Le pouvoir t’a montré les muscles d’un perdant qui ne veut rien lâcher. En outre, il a rencontré une résistance digne d’un peuple révolté. Un peuple décidé à en découdre avec ses oppresseurs. Je m’incline devant la mémoire des blessés out en demandant à chacun de venir en aide aux blessés.
Par ailleurs, je n’étais que trop fier dans la douleur de la résilience du peuple martyr. Je vais ici l’exprimer clairement pour que le nouveau Mory me retire ma nationalité car il se sent plus fort que la constitution elle-même. Il ne sait plus quoi faire . Il est en déphasage total avec les lois de la république. Pauvre pays, brillant Mory.
Peuple de Guinée, comme nous le savions déjà, nous ne devons compter que sur nous-mêmes. Pas sur les Forces de sécurité dont 5 policiers (coupeurs de route ) n’ont trouvé rien d’autre à faire que de couper la route à un poulet, le braquer et le voler. Ils étaient bien filmés, à leur insu, dans leur sale besogne. On terrorise les habitants et on braque, pille tout ce qui leur appartient. Des policiers qui volent et qui laissent le ministre de la justice sourd-muet et en plus aveugle. Ce dernier s’occupe de Facebook. Dommage pour un pays comme la Guinée.

Quant à l’armée, nous sommes encore toujours admiratifs des autres pays et de leurs soldats. On peut aujourd’hui parler avec fierté d’un certain Assimy Goita ou du colonel Diawo de Bamako. Des intellectuels loin de la trempe d’un Dadis qui nous dit qu’il rentrera quand le bon Dieu le voudra, dans le pays qu’il a eu le privilège de présider un moment après le coup d’état contre le cadavre de Conté.

Loin de l’image que renvoie à un certain Sekouba qui dirigea une transition qui consacra l’avènement d’un tyran au pouvoir. Conséquences: l’exil. Il a beau dire qu’il rentrera quand il le voudra. Mais ceci relève du discours. Donc, là où nos anciens présidents militaires-putschistes n’ont pas pu oser lever le petit doigt afin d’être rétablis dans leur droit tant bafoué, ce ne sont pas ceux en activité au pays qui se rangeront du côté du peuple pour soulager la peine nationale et écrire l’histoire.
Ne comptons pas sur la fameuse CEDEAO avec ses faux experts qui nécessitent une piscine pour se laver afin de se purifier de la souillure qui les caractérise. Ils sont sales et sont prêts à salir tous les africains sur le continent et à l’international. Ils font la honte de l’Afrique et surtout de l’Afrique de l’Ouest.
Chers compatriotes, battons-nous tous contre ces gens qui enfoncent chaque jour un peu plus ce pays. Dessinons notre chemin et marchons. Ça y va de l’intérêt national. Ainsi, montrerons-nous aux dirigeants des pays développés que nous méritons mieux que ce qu’AC nous a offert et que nous attendons d’eux qu’ils se rangent du côté de la vérité et de la volonté du peuple. Non plus du côté du tyran de Conakry. L’histoire le leur retiendra.
Boubacar 1 Barry
Citoyen guinéen pour une alternance en 2020 (en attente de la déchéance de sa nationalité)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here