Troisième mandat: Alpha Condé doit dégager ( Opinion )

14016

L’adhésion du continent africain au processus démocratique tel qu’il est défini par notre Constitution et compris par notre peuple, doit être appliquée de manière simple et efficace par nos élus et nos institutions.

Dans son discours de la Baule en juin 1990, considéré comme un des appels historiques adressés aux pays africains pour qu’ils évoluent vers la démocratie, François Mitterrand reconnaissait lui-même qu’en Europe aussi, il y a fallu affronter des mouvements contraires comme le nazisme, le fascisme et le stalinisme pour consolider la démocratie.

Il est tout de même étonnant d’observer depuis un certain temps en Guinée, des déclarations fallacieuses et des manœuvres anticonstitutionnelles orchestrées par les militants du RPG-Arc-en-ciel et son leader, annonçant les manières peu orthodoxe qu’ils veulent utiliser pour imposer leur volonté de tripatouiller notre Constitution et maintenir Alpha Mandela Condé à vie au pouvoir.

Après 8 ans de pouvoir absolu et despotique, Alpha Mandela Condé s’est révélé être un président incompétent. Âgé de 83 ans et totalement paniqué à l’idée de quitter le pouvoir après sa décennie de règne chaotique, il n’hésite plus à inviter ses militants à s’engager sur la voie de l’ affrontement inter-guinéens pour se maintenir vaille que vaille au pouvoir après 2020.

Sur ce sujet sensible de troisième mandat considéré comme une violation constitutionnelle très grave pour la stabilité et la paix dans certains États africains, Barack Obama s’était fait le porte-parole de l’Occident pour fustiger les présidents qui refusaient la limitation des mandats initialement prévue par leurs Constitutions.

En effet, réunissant un grand nombre de présidents africains dont Alpha Mandela Condé à la Maison-Blanche, en août 2014, Obama était apparu comme le chantre de l’alternance démocratique et pacifique au pouvoir en Afrique. À rappeler ici que d’abondants articles de presse et vidéos datant de 2010 à 2015 témoignent qu’Alpha Mandela Condé s’était engagé à respecter et de faire respecter la Constitution et les lois guinéennes actuellement en vigueur.

Il est urgent de rappeler que nous sommes pratiquement à 15 mois de la fin du deuxième et dernier mandat d’Alpha Mandela Condé. Par conséquent, toute manœuvre fallacieuse tendant à imposer des mesures dérogatoires au principe de la limitation des mandats tel qu’il figure dans la Constitution constituerait un dangereux affront infligé au peuple de Guinée.

À l’image des burkinabè contre le 3ème mandat de Blaise Compaoré en 2014 et les Algériens contre le pouvoir éternel d’Abdelaziz Bouteflika qui avait interdit les manifestations publiques depuis 2011 en Algérie, nous lançons un appel pressant à l’ensemble des citoyens guinéens vivants à Conakry, à l’intérieur de la Guinée et de partout ailleurs dans les cinq continents de se dresser comme un seul homme pour défendre la Constitution et les institutions démocratiques de la Guinée contre les intentions autocratiques du dictateur Alpha Mandela Condé et son entourage.

Souvenons-nous qu’en octobre 2014, une insurrection massive contre le projet de troisième mandat a chassé du pouvoir Blaise Compaoré, le puissant président du Burkina Faso d’alors.

Nous demandons au peuple de Guinée d’être vigilant et de se préparer à opposer une désobéissance civile sans précédent suivie d’importantes manifestations populaires de protestation contre les tentatives de manipulation de la Constitution en Guinée.

Les déclarations explosives Alpha Condé consistant à inciter ses militants et ses milices à l’affrontement voire la guerre civile pour s’octroyer une présidence à vie en Guinée, sont obscurantistes et à contre-courant des principes démocratiques instaurés par notre peuple à la suite de 30 années de luttes politiques douloureuses et sanglantes.

Le RPG et ses militants veulent supprimer la limitation des mandats présidentiels et de nombreux autres droits humains conquis par notre peuple dans la nouvelle Constitution. Les dernières 8 années de gouvernance ont pourtant largement démontré qu’Alpha Condé est un autocrate qui est opposé aux principes universels de la démocratie et de l’État de droit, à la paix et au développement économique et social de la Guinée.

Comme les autres dictateurs africains, Alpha Condé a toujours prôné l’anarchie, la désolation et le chaos dans notre pays.
Nous sommes convaincus que la patience du peuple de Guinée qui lutte vaillamment depuis trois décennies pour consolider la démocratie dans notre pays a des limites. L’arrogance de Alpha Mandela Condé et sa clique nous mènera bientôt vers une insurrection massive qui sonnera le glas des ambitions velléitaires et anticonstitutionnelles d’Alpha Mandela Condé.

La Guinée possède de cadres politiques charismatiques, compétents, crédibles et patriotes pouvant assurer la relève, sans crainte de diviser notre peuple et de souiller nos valeurs nationales, vieilles de 61 ans. Ne laissons pas notre peuple se retrouver devant la contrainte de reconduire ou d’élire par défaut un autre Président autocrate en 2020.
Nous rappelons à l’opinion nationale et la communauté internationale, qu’ Alpha Condé, le Président sortant, est constitutionnellement exclu de la course pour la présidentielle de 2020 (art. 27 de la Constitution).

Le peuple meurtri de Guinée se retrouve à nouveau devant un dilemme : soit subir une éternelle dictature, soit faire face au tournant de son histoire qui lui demande comme à l’accoutumée d’être brave et courageux pour consolider la démocratie dans notre pays.

Nous devons tous nous unir pour nous débarrasser d’Alpha Mandela Condé, le dernier dictateur de la Guinée et favoriser l’avènement d’une nouvelle classe politique de cadres compétents et patriotes, capables de relever les défis d’une Guinée émergente, démocratique et unie dans la paix et la concorde nationale.
Le glorieux peuple de Guinée triomphera !

Papa Attigou Bah
Président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès de la Guinée (U.D.P.G).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here