Un fonctionnaire suspendu de la Francophonie pour son opposition ouverte au franc CFA

409

L’économiste togolais Kako Nubukpo a été suspendu de l’Organisation internationale de la Francophonie pour manquement à son “devoir de réserve”. Opposé au franc CFA, il avait jugé “déshonorants” les propos d’Emmanuel Macron à ce sujet.

Le directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a été suspendu à titre conservatoire de ses fonctions début décembre après une tribune publiée le 29 novembre sur le site du Monde Afrique où il affirmait : “Le franc CFA asphyxie les économies africaines.”

Il jugeait notamment les propos du président français Emmanuel Macron lors de sa tournée en Afrique de l’Ouest “déshonorants pour les dirigeants africains”, celui-ci ayant déclaré devant des étudiants burkinabè que le franc CFA était un “non-sujet pour la France”.

“Les organisations internationales ont une règle. Les hauts fonctionnaires sont tenus à un devoir de réserve”, a déclaré Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’OIF, le 16 décembre à Cotonou, en clôture d’une visite de trois jours au Bénin.

“Dans une organisation internationale, on ne peut pas avoir un fonctionnaire électron libre qui finalement se croit autorisé [à exprimer des opinions personnelles] même s’il est militant sur une vraie question”, a-t-elle poursuivi.

“Il y a eu avertissement. Quand la règle est rompue, vient un moment où il faut agir”, a encore ajouté la secrétaire générale de la Francophonie, précisant : “Kako Nubukpo est quelqu’un de très compétent et nous l’avons recruté à raison. Nous trouvons dommageable qu’il n’ait pas respecté cette règle.”

Les positions sur le franc CFA de Kako Nubukpo, ancien ministre togolais de la Prospective, ne sont pas nouvelles. Il a publié plusieurs ouvrages sur le sujet dont Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA ?, en 2016, alors qu’il était déjà en poste à l’OIF.

Avec AFP 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here