5 conseils pour éviter les problèmes cardiaques –

0
46

Pour les médecins, il ne fait aucun doute que les événements très stressants – tels que des élections présidentielles polarisées – représentent un facteur de risque supplémentaire pour le cœur et peuvent augmenter les cas de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Les recherches publiées ces dernières années montrent comment le stress a un impact direct sur le système cardiovasculaire – et comment les votes récents ont augmenté la fréquence des plaintes thoraciques et des consultations aux urgences.

La bonne nouvelle, c’est que nombre de ces cas peuvent être évités : des cardiologues interrogés par BBC News Brésil affirment que gérer le stress, bien dormir, faire de l’activité physique, éviter l’exagération et prêter attention aux signes de quelque chose de plus grave sont autant de facteurs qui peuvent prévenir des dommages supplémentaires.

Étroitesse du cœur

Une étude menée par des médecins de Kaiser Permanente, un service de santé privé opérant en Californie, aux États-Unis, en partenariat avec des spécialistes des universités de Columbia et de Harvard, a révélé que les élections présidentielles sont liées à une augmentation des hospitalisations pour crise cardiaque, accident vasculaire cérébral et insuffisance cardiaque.

L’étude, qui a pris en compte les informations de santé de 6,3 millions de personnes, a analysé ce qui s’est passé dans les cinq jours qui ont suivi l’élection présidentielle américaine de 2020, au cours de laquelle le démocrate Joe Biden est sorti vainqueur de la compétition face au républicain Donald Trump, qui cherchait à se faire réélire.

Par rapport à la période précédant les élections, les chercheurs ont observé une augmentation de 17 % du taux d’hospitalisations pour des maladies cardiovasculaires aiguës immédiatement après l’élection.

La recherche américaine, publiée fin avril 2022 dans le Journal of the American Medical Association (Jama), l’une des revues les plus respectées dans le domaine, reprend une autre enquête menée par le même groupe lors de l’élection de 2016.

À l’époque, les scientifiques ont constaté un risque encore plus élevé : le taux d’hospitalisations pour maladies cardiovasculaires en Californie au cours des deux jours qui ont suivi l’élection cette année-là était 62 % plus élevé que celui des semaines précédentes.

Bien que cet article présente des limites importantes, comme le fait d’avoir observé un phénomène qui s’était déjà produit dans le passé et de n’avoir inclus qu’un profil de personnes ayant une assurance maladie, il apporte des enseignements pertinents et complète les connaissances d’autres recherches antérieures, selon les médecins.

La principale leçon est que les événements très stressants, tels qu’une définition politique nationale majeure ou même un match décisif de la Coupe du monde, peuvent nuire au cœur et aux vaisseaux sanguins – et il existe des stratégies scientifiquement validées pour réduire le risque de souffrir d’un événement aussi grave.

Le stress lié aux résultats des élections peut se répercuter sur la santé cardiovasculaire, selon une étude américaine.

Comment le stress affecte la poitrine

Le médecin Agnaldo Piscopo, directeur du Centre de formation aux urgences cardiovasculaires de la Société de cardiologie de l’État de São Paulo (Socesp), explique que la décision de savoir qui sera le nouveau président d’un pays amène tout le monde à penser à l’avenir et à ce qui peut changer, pour le meilleur ou pour le pire, du point de vue de l’économie, de la sécurité publique, de la santé, de l’éducation.

« Et toute cette attente entraîne des changements dans notre organisme. L’un des effets immédiats de ce phénomène est la libération des hormones adrénaline et cortisol », illustre-t-il.

Ces substances, à leur tour, favorisent une série de changements dans notre système cardiovasculaire, responsable du pompage du sang vers toutes les cellules. Le rythme cardiaque s’accélère, la pression sanguine augmente, le sang devient plus visqueux ?

Maintenant, imaginez ce que tous ces changements signifient pour la santé d’une personne qui a déjà un taux de cholestérol élevé, de l’hypertension, du diabète ou de l’obésité.

Dans ce contexte, le stress est un facteur de risque supplémentaire pour l’apparition d’une complication plus grave, telle que l’obstruction d’une artère du cœur (crise cardiaque) ou la rupture d’une veine du cerveau (accident vasculaire cérébral hémorragique).

Et ce n’est là qu’une des explications qui permettent de comprendre la relation entre le stress et les événements dits cardiovasculaires. Dans certains cas, la nervosité exacerbée suffit déjà à elle seule à déclencher une crise grave.

« Au cours de mes nombreuses années de travail dans les services d’urgence, j’ai vu de nombreuses personnes faire une crise cardiaque après un événement critique, comme une séparation conjugale, l’annonce du décès d’un être cher, un vol ou un partage d’héritage », se souvient M. Piscopo.

« Dans certains de ces cas, il n’y avait aucun autre facteur pour expliquer la crise cardiaque. L’exposition émotionnelle elle-même était si forte que le patient a eu un spasme de la coronaire [l’artère qui irrigue le muscle cardiaque] et le cœur n’a pas pu le supporter », ajoute-t-il.

Au cours des deux dernières décennies, deux grandes études internationales connues sous les acronymes InterHeart et InterStroke ont confirmé le rôle de l’état émotionnel dans ces événements critiques qui ébranlent le système cardiovasculaire.

« Si nous pouvions d’une manière ou d’une autre mettre fin au stress, nous éviterions 33 % des cas d’infarctus et 17 % des accidents vasculaires cérébraux qui se produisent dans le monde », calcule le cardiologue Álvaro Avezum, directeur du centre de recherche international de l’hôpital Alemão Oswaldo Cruz, à São Paulo.

Dans un monde sans stress, on pourrait éviter jusqu’à un tiers des crises cardiaques.

Préparez votre cœur

Le médecin Roberta Saretta, responsable du centre de cardiologie de l’hôpital Sírio-Libanês, à São Paulo, explique que l’une des principales difficultés à gérer le stress est due au fait qu’il n’est pas possible de mesurer objectivement ce facteur de risque.

« Le stress n’est pas comme la tension artérielle, le cholestérol ou le tabagisme, que nous pouvons mesurer au moyen d’examens », compare-t-il.

« Mais il est indéniable que certaines personnes auront un impact cardiovasculaire de cette surcharge émotionnelle liée à un moment aussi complexe que celui que nous vivons », dit-il.

Ci-dessous, les trois cardiologues consultés par BBC News Brésil mettent en évidence cinq attitudes qui peuvent faire une différence pour le cœur avant, pendant et après les élections.

1. Gérer le stress

Tout d’abord, nous devons faire la différence entre les choses sur lesquelles nous avons le contrôle et celles pour lesquelles nous ne pouvons rien faire. A partir de là, nous pouvons nous concentrer sur ce qui peut être modifié », différencie Avezum.

Selon le cardiologue, il existe de nombreuses façons de gérer le stress, à commencer par des pratiques telles que la méditation et la pleine attention. Leur objectif est de se concentrer sur le présent, dans l’ici et maintenant, et d’arrêter de ressasser les problèmes passés ou futurs.

« Nous avons la preuve que les personnes qui méditent libèrent moins d’adrénaline, ont une pression sanguine et un rythme cardiaque plus bas et font mieux face au stress quotidien », énumère-t-il.

Fixer des heures pour regarder les informations ou aller sur les médias sociaux peut également être très utile.

« Nous avons besoin de nous déconnecter un peu. Rester connecté en permanence, et encore plus à une époque où la concurrence est aussi féroce, peut nuire à la santé », avertit M. Piscopo.

Dans les cas plus graves, lorsque le stress a dépassé toutes les limites, il peut être nécessaire de commencer des traitements spécifiques, tels qu’une psychothérapie ou l’utilisation de médicaments qui soulagent la charge émotionnelle prescrits par un psychiatre.

2. Bien dormir

Le Center for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis souligne que les nuits de sommeil de mauvaise qualité sont liées à des problèmes tels que l’hypertension artérielle, le diabète de type 2 et l’obésité – des facteurs qui, à leur tour, affectent directement le cœur.

À court terme, le fait de mal dormir augmente également la fatigue et l’irritabilité. Vous pouvez le constater : si vous ne vous reposez pas les heures nécessaires la veille, la journée ne donne rien et a tendance à être improductive.

« Bien dormir les jours suivants est une façon de trouver un équilibre », dit Saretta.

Mais qu’est-ce que cela signifie en pratique ? Ici, il faut penser à la quantité et à la qualité.

En général, les adultes ont besoin d’au moins 7 heures de sommeil par jour. Ce temps passé au lit est essentiel pour organiser les souvenirs et l’apprentissage, se reposer et réguler le métabolisme du corps.

Quant à la qualité, les recommandations des spécialistes consistent à essayer de s’endormir et de se réveiller toujours en même temps, à réduire les lumières à la tombée de la nuit et à éviter le contact avec les écrans de télévision et de téléphone portable pendant les deux heures précédant le repos.

3. Faire une activité physique

Tout comme pour le sommeil, l’exercice apporte des effets immédiats et, en même temps, des gains pour la vie.

Juste après les séances d’entraînement, le corps libère une série de substances qui apportent une sensation de plaisir et de bien-être – ce qui est particulièrement bienvenu à une époque où il y a tant de stress.

L’activité physique régulière est l’une des principales attitudes pour contrôler cette série de facteurs de risque qui endommagent le cœur, comme l’hypertension, le diabète, l’hypercholestérolémie et l’obésité.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande aux adultes âgés de 18 à 64 ans de « faire entre 150 et 300 minutes d’exercice aérobie d’intensité modérée ou 75 à 150 minutes d’entraînement plus vigoureux » par semaine.

Il est bon de rappeler que les exercices d’aérobic, comme la course à pied et le vélo, sont ceux qui font travailler de grands groupes musculaires et entraînent une augmentation de la respiration et du rythme cardiaque.

L’entité attire également l’attention sur la réalisation d’activités de renforcement musculaire, telles que les séances d’entraînement effectuées avec des équipements dans une salle de sport.

La pratique d’une activité physique aérobie est l’un des moyens de réduire le stress et d’éviter une série de facteurs de risque néfastes pour le cœur.

4. Attention aux exagérations

Saretta souligne que, dans les périodes de forte tension, il est naturel que nous dépassions les bornes à plusieurs égards.

« Quand les gens ont les nerfs à vif, ils ont tendance à être plus compulsifs et à faire des excès de nourriture, de boissons alcoolisées, de cigarettes… », énumère le cardiologue.

Ceci, ajouté aux nuits blanches et à un mode de vie sédentaire, représente une charge supplémentaire pour le cœur, qui peut défaillir et souffrir des blocages qui caractérisent une crise cardiaque.

Par conséquent, prêter attention à ces exagérations est la première étape pour les éviter dans l’intérêt de la santé.

« Et cela concerne également notre comportement », ajoute Saretta.

« Dans ce contexte, il est important d’évaluer la situation et de ne pas se lancer dans des affrontements inutiles, où il y a un risque d’agression verbale et physique », suggère-t-il.

5. Attention aux signes de quelque chose de plus grave

Il
Enfin, il est extrêmement important que chacun reconnaisse les symptômes typiques d’un infarctus ou d’un accident vasculaire cérébral et sache quoi faire s’il les présente ou s’il voit quelqu’un dans cette situation.

Dans ces cas, une aide rapide fait littéralement la différence entre la vie et la mort.

« Malheureusement, 50 % des personnes victimes d’une crise cardiaque ne parviennent pas vivantes à l’hôpital », déplore M. Piscopo.

« En cas d’infarctus, il est fréquent de ressentir une douleur sur le côté gauche de la poitrine, qui irradie vers le bras, en plus de sueurs froides, de nausées, de vertiges et de malaises », énumère le cardiologue du Socesp.

« D’autres patients présentent des douleurs au creux de l’estomac et dans le dos, ou ne peuvent pas très bien caractériser l’origine de cette sensation », ajoute-t-il.

En cas d’AVC, les manifestations les plus courantes sont une forte douleur dans la tête, une paralysie du visage ou d’une partie du corps et une difficulté à raisonner ou à compléter des phrases.

« En aucun cas, l’individu ne doit s’enfermer dans la salle de bain pour prendre un bain ou dans la chambre pour dormir. Il est nécessaire de prévenir quelqu’un à proximité et d’appeler le service d’urgence « , précise M. Piscopo.

Si l’ambulance met plus de 20 minutes à arriver et qu’il y a une autre possibilité de se rendre plus rapidement aux urgences (par exemple en se faisant conduire par une personne qui se sent bien), il est préférable de se rendre à l’hôpital.

« Nous avons coutume de dire que le temps, c’est le cœur : chaque minute perdue depuis l’obstruction de l’artère coronaire représente 11 jours de vie en moins pour ce patient », compare le médecin.

M. Saretta souligne que ces directives sont d’autant plus importantes en cette période de pandémie, au cours de laquelle de nombreuses personnes ont cessé d’aller chez le médecin par peur du covid ou ont connu des difficultés financières et ont perdu l’accès aux plans de santé.

« Nous avons un barrage pour les maladies cardiovasculaires qui pourrait éclater », note-t-elle.

« Donc si vous avez l’impression que quelque chose a changé dans votre santé, comme le fait de ne plus pouvoir faire une activité de routine, de ressentir une fatigue exagérée ou une douleur thoracique, cela vaut la peine de demander une évaluation médicale », conclut-elle.

bbc.com