Après l’alerte de la FIFA, la mise en garde du général Amara Camara –

0
107

Tout semble indiquer désormais ou presque de la tenue effective de l’assemblée générale de la Fédération Guinéenne de Football fixée au 06 janvier 2024 selon un nouveau calendrier rendu public par la commission électorale. En effet, selon un proche très irrité du ministre des sports, Lansana Bea Diallo, lors d’une rencontre ce matin initié par son patron, maladroitement porté sur un consensus insensé, la présidence de la République a affiché une fermeté sans équivoque contre toute initiative ou acte susceptible de créer des problèmes à la Guinée et au régime du Colonel Mamadi Doumbouya.

 

» N’importe qui tenterait d’entraver l’assemblée générale du 06 janvier nous trouvera sur son chemin et nous trouveront des poux sur son crâne rasé » a clairement menacé le secrétaire général de la présidence de la République de Guinée, le général Amara Camara, lors de la réunion tenue ce mercredi 13 décembre avec des membres du gouvernement et les candidats à la présidence de la Fédération Guinéenne de Football.

 

Dans cette sortie, sans doute que la menace du numéro 2 de la présidence de la République s’adresse directement au candidat invalidé Mathurin Bangoura et à son « G47 » qui ont boycoté le congrès raté du 25 novembre dernier, et qui continuent d’entretenir la rébellion, au ministre des Sports, Lansana Bea Diallo qui, avec sa notion de consensus, met en évidence ses limites intellectuelles et torpille les règles de jeu et à Kerfalla Camara KPC de GUICOPRESS qui s’obstine dans une posture de sabotage du processus en obligeant par l’argent et le chantage des candidats légalement enregistrés à se retirer de la course.

 

Après les explications détaillées du secrétaire général du défunt CONOR, Lancinet Kabassan Keïta relatives aux textes réglementant le congrès du COMEX ainsi que sur les différentes étapes du processus en cours, le ministre secrétaire général Amara Camara, très éclairé, s’est montré très responsable en exigeant le respect scrupuleux des dispositions statutaires, en insistant sur le fait que le gouvernement du Président Mamadi Doumbouya ne veut pas de problème avec les instances internationales de Football, n’entend pas s’en créer et ne permettra à personne de lui en apporté fut-il membre du gouvernement. Face au ministre des Sports fondu et confondu dans une situation d’incompétence inédite suite à l’exposé du secrétaire général du CONOR, le ministre secrétaire général, Amara Camara, a exprimé une vive mise en garde contre tous ceux qui – de près ou de loin et de quelque manière que ce soit – tenterons d’empêcher ou de perturber l’assemblée générale du 06 janvier 2024.  » Nous serons sans état d’âme et sans pitié contre ceux qui iront se plaindre à la CAF ou à la FIFA pour bloquer le processus » a prévenu le fidèle serviteur du Colonel Mamadi Doumbouya.

 

Il semble que cette réunion a été concoctée par le ministre Béa Diallo et KPC de GUICOPRESS, ignorant superbement le courrier préventif de la FIFA, et veulent imposer coûte que coûte un illégal et dangereux consensus qui provoquera inéluctablement des sanctions contre la Guinée jusqu’à une éventuelle élimination du Syli National des phases finales de la 34ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations prévues en Côte d’Ivoire en janvier et février 2024.

Heureusement que le secrétaire général de la présidence de la République, le général Amara Camara a compris la supercherie en fixant les garde-fous. Il rejoint en ce sens, son patron le numéro 1 Guinéen, le Colonel Mamadi Doumbouya, qui a pris toute la mesure du danger pesant sur son pays si l’élection du COMEX ne se tenait pas dans un délai défini avec le respect des textes en vigueur.

 

À noter que dans son courrier daté du 12 décembre 2023 et adressé au secrétariat général de la Fédération guinéenne de football, la FIFA indique clairement à la Guinée la voie à suivre pour aboutir à l’élection du bureau exécutif de la FGF.

 

La FIFA précise dans son courrier que ‘‘seules les trois listes validées par la Commission électorale de la FGF le 13 novembre 2023, c’est-à-dire les listes de M. Abdoul Karim Bangoura, M. Aboubacar Sampil et M. Almamy Saidou Sylla, doivent être prises en compte lors des prochaines élections’’.

 

 

Ainsi, le candidat Mathurin Bangoura et son clan éliminés trouveraient le CNRD en face s’ils étaient tentés de boycotter à nouveau l’assemblée générale du 06 janvier ou de se rendre à Lausanne pour se plaindre.

Menace egalement valable pour le seigneur de la surfacturation, Kerfalla Camara KPC s’il continue à saboter une liste déjà validée.

Comme, ça devient clair, la FIFA et le gouvernement Guinéen sont en parfaite harmonie et tiennent à sortir le pays de cette chienlit, même si le coût de l’opération passe par l’encrassement de Mathurin Bangoura, KPC et autres.

 

Avec la clarification et l’alerte de la FIFA, la fulmination dissuasive de la présidence de la République, nul doute que les troubles fêtes vont se recroqueviller.

 

 

À suivre

 

Madial Fall