AFFAIRE ALPHA CONDÉ : L’ULTIME DRIBBLE DE L’ÉTERNEL ROUBLARD ( Mandian Sidibé)

0
8770

Où sont passés l’honneur, la dignité, l’honnêteté morale et le respect de la parole donnée ?  » À beau chasser le naturel, il revient au galop ». Depuis quelques jours, l’ancien autocrate Guinéen, Alpha Condé, défraie la manchette des médias nationaux et internationaux. La fuite en avant de l’octogenaire déchaîne les passions. Et pour cause : l’ancien Président vient de prouver, une fois encore, son mépris envers le Peuple de Guinée et la justice guinéenne.Toujours sournois, fourbe et égal à lui-même lorsqu’il s’agit de mener ses concitoyens en bateau.

Le vieux dictateur ou le tristement célèbre auteur de la fameuse assertion « l’Afrique et les Africains doivent s’assumer » a une fois de trop prouvé, qu’il n’est pas du tout digne de confiance et par ricochet, ne s’assume jamais.

Le « Pro-faussaire des promesses stériles doublé du célébrissime vendeur d’illusions » vient de trahir la confiance du Président de la Transition, le Colonel Mamadi Doumbouya qui, pour des raisons humanitaires, lui a accordé sa clémence d’aller se soigner en Turquie. En bon militaire, en bon croyant et en Guinéen de bon teint, le Colonel-libérateur a accordé à l’ancien Président de la FEANF ce que ce dernier avait refusé, il y a une vingtaine de mois, aux opposants que son régime totalitaire et liberticide avait bâillonnés, avant de mettre la Nation sous sa botte. On se rappelle encore, avec amertume, que nombre de leaders politiques avaient été empêchés par Alpha Condé d’aller se procurer des soins médicaux en dehors du territoire national, avec tous les risques y afférents.

Au lieu de jouer, dans la bassesse, au malade grabataire, au lieu de jouer un vilain tour à celui qui a pris la responsabilité historique de l’autoriser à voyager pour des raisons médicales et humanitaires, Alpha Condé aurait dû prendre, ne serait-ce qu’une seule fois dans sa vie, un peu de hauteur, faire semblant, tout au moins, d’être digne de confiance, en rentrant, de son propre chef, à Conakry et se mettre à la disposition de la justice guinéenne.

N’oublions surtout pas qu’Alpha Condé est un habitué des dribbles iniques. Tenez! Au temps des anciens leaders des Forces Vives de la Nation, précisément en 2009, Alpha Condé avait roulé ses pairs dans la farine, en fuyant le pays sur la pointe des pieds, alors qu’il était le maître d’œuvre de la planification du meeting qui a conduit au désastre au Stade du 28 septembre. Au demeurant, Alpha Condé doit être logiquement entendu par la justice sur les événements tragiques et barbares du 28 septembre 2009.

Au lieu  de rentrer librement et volontairement à Conakry pour s’expliquer devant la justice, l’octogénaire joue au malade imaginaire en Turquie. L’on est en droit de se demander si réellement Alpha Condé est encore malade, d’autant plus qu’il a été aperçu, en août dernier, à Luanda, en Angola, aux obsèques de feu José Edouardo Dos Santos. Malgré ses tentatives de se camoufler, le « Professeur » autoproclamé de Droit est apparu clairement dans les images de la cérémonie.

Qui disait alors que le colonel patriote, Président de la République, Président de la Transition, Son Excellence Mamadi Doumbouya, vient de remettre Alpha Condé à sa place, en donnant une leçon mémorable d’humanisme et de droit au soi-disant « Professeur de Droit » qui a refusé à ses opposants le droit élémentaire d’aller se faire soigner ? Rira, qui rira le dernier….

En avant mon Colonel, pour une transition réussie et apaisée. Le Peuple martyr de Guinée vous auréole de son soutien et de sa confiance. Tout les reste n’est que faits divers.

Mandian SIDIBÉ, Journaliste