CNT: Dansa Kourouma demande aux fideles religieux de continuer à prier pour la paix en Guinée

0
3235

Dans le cadre de contribuer à la réconciliation nationale conformément aux dispositions de l’article 57 de la charte de la transition, le Conseil National de la Transition (CNT) a organisé les 14 au 15 juillet 2022 au palais du peuple le forum national inter-religieux pour le renforcement de la paix et la cohésion nationale en Guinée.

Cette rencontre a regroupé plusieurs personnalités, les califes, les oulémas, les leaders religieux, musulmans et chrétiens de la République de Guinée de la République du Mali, du royaume du Maroc et de la République du Sénégal.

Dans son discours de bienvenue, Elhadj Abdoul Karim Dioubate membre du CNT dans la commission réconciliation et communication religieuse, a souligné que « ce forum national inter-religieux qui regroupe plus de 200 leaders religieux, est un haut lieu d’échanges, de débats et de coopération entre des communautés qui partagent ensemble un quotidien, qui éprouvent les mêmes peines et qui rêvent et qui travaillent pour l’unité nationale en arborant la piété. En conclusion, le message éternel des religions prôné par le CNT, c’est surement de faire d’abord de la guinée un pays croyant en harmonie avec lui- même et qui apporte à la société guinéenne une sagesse, une bénédiction, une solidarité qui offre la splendeur d’une âme en paix », indique t-il le conseiller Elhadj Abdoul Karim.

De son côté, le président du CNT initiateur de ce forum, Dr Dansa Kourouma se félicite de l’organisation et affirme :

« Le CNT est une institution aujourd hui Convaincu que c’est seulement avec ces genres de choses que notre pays peuvent s’en sortir. C’est dans la prière, la cohésion, et des invocations de la grandeur d’Allah que nous trouvions les meilleurs inspirations de la vérité du pardon et de la réconciliation nationale. Comment nous pouvons construire ce pays quand les références sont tirés ailleurs, il est temps pour nous de penser a tout ça, en vue de trouver une solution d’attente. Une jeunesse qui na pas de référence solide est une jeunesse qui emploie suivant la violence alors pour combattre tous cela, il faut l’implication de toutes les es fidèles musulmans et chrétiens qui sont aujourd’hui les garants de la cohésion sociale dans notre pays. Le rôle fondamental des fideles religieux aujourd’hui c’est de continuer à prier pour la paix dans notre pays », a lancé Dr Dansa.

Sana Sylla