Conakry: l’intégration sous régionale et la souveraineté des Etats au coeur d’un débat

0
9481

C’est après la rencontre qui s’est déroulée à Yamoussoukro en Côte d’lvoire les 8 au 10 juin dernier, que la Konrad-Adenauer-Stiftung (KAS), à travers son programme régional Dialogue politique en Afrique de l’Ouest, a organisé ce mercredi 31 août 2022 à Conakry, la deuxième session de l’édition 2022 de son atelier de formation sous régional à l’intention des jeunes élites de partis politiques et de la société civile locale autour de l’Intégration régionale et Souveraineté.

L’objectif de cette rencontre est de renforcer les capacités civiques et politiques des jeunes élites des partis politiques et des organisations de la société civile locale afin de faire de la jeunesse une force de proposition pour la bonne émulation de la démocratie et du développement des Etats dans l’espace ouest-africain.

Au cours de cet atelier, Dr Stefanie Brinkel représentante résidente et directrice programme régional pour le dialogue politique en Afrique a indiqué que : « En tant que fondation politique allemande proche de la CDU, nous défendons les valeurs et idéologie du centre droit. Nous sommes guidées par des valeurs d’équité, de justice et d’égalité des citoyens. A travers notre programme pour le dialogue politique en Afrique de l’Ouest, nous voulons promouvoir le dialogue entre les différents acteurs de la vie socio-politique afin de renforcer les acquis démocratiques dans la sous-région.

La Konrad-Adenauer-Stiftung voudrait à travers cette formation susciter votre intérêt sur les enjeux et l’importance d’une intégration sous régionale réussie », a souligné Mme la directrice régional.

En outre elle dira : « Aucun Etat fut-il son poids économique ou sa puissance ne peut prospérer seul dans un monde en pleine mutation socio-politique et économique; un monde qui se veut de plus en plus intégrer. Ne dit-on pas que « le monde est un village planétaire ».

« Nous pensons que l’intégration doit permettre de faire face aux défis transnationaux et de contribuer au renforcement de la démocratie dans la sous-région gage d’un développement économique et du mieux-être des populations. C’est pourquoi je voudrais vous encourager, en tant que futurs dirigeants, à prêter une attention particulière à cette formation tout en espérant qu’elle vous soit utile pour l’avenir», a dit Mme Stéphanie.

Pour Mme Seny Tonamou conseillère du CNT en même temps membre de cette organisation africaine a planté le décors de la rencontre :

« L’objectif de cet atelier c’est l’académie politique de l’Afrique de l’ouest. Où nous avons tenue la première session en Côte d’Ivoire en mars 2022, à Yamossokoro et la deuxième session nous avons plaidé pourque ça soit tenu en Guinée et c’est ce qui fit fait, c’est dans ce cadre là que nous sommes là aujourd’hui. Il faut de l’intégration sous-regionale pour que nous puissons relever  le défi auquel nous sommes confronté  pourque cela soit faite il faut que ça soit nous les jeunes les futurs dirigeants de ce pays qui doivent se mettre à la tâche pour pouvoir faciliter cette intégration économique politique », a déclaré Mme Seny.

De son côté, la représentante du président du CNT Dr Dansa Kourouma, Honorable Tigui Traoré, vice présidente chargé des affaires étrangères de la coopération et de l’intégration des guinéens de l’étranger a précisé que :

« La prise de conscience engagée  et la conquête la plus urgente de notre jeunesse pour faire face au changement amorcé est en Marche. Notre jeunesse a fini par s’installer dans un silence intérieur d’amalgames nourrit par la propagation de l’information à tout qui va avec cette conscience profonde de changement, d’une inacceptable condition humaine. Ne laissons pas notre besoin de raccourcis bouleverser la réussite de cette transition. Prendre du recul est nécessaire pour mieux appréhender les systèmes de valeurs, le temps permet de mieux comprendre certaines situations, de les faire avancer ou de ne pas les faire avancer. Nous devons impacter par notre grande intelligence. Nous devons surmonter nos émotions pour rester focus. C’est Nous qui pouvons changer le film, changer l’histoire. N’accordons plus de temps aux débats de personnes, écoutons peu les médias afin de pallier au jugement préconçu et nous faire notre propre opinion de l’histoire parce que nous sommes une jeunesse consciente, exigeante et critique. Oui le meilleur est en Nous », a déclaré Honorable Tigui Traoré.
À noter que, cette rencontre d’échange a fait réunir une trentaine de participants venant de différentes horizon de la sous région, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Bénin, du Burkina et du Togo.
Sana Sylla.