Coupe du monde: le statut d’outsider, un atout pour l’équipe du Maroc face à la France

0
7594

Les poids lourds de la compétition s’autorisent souvent à commettre plus d’erreurs, face à des équipes qui jouent le tout pour le tout. Ce qu’il y a de mieux, dans les demi-finales de la Coupe du monde 2022, c’est que quelle qu’en soit l’issue, à partir de maintenant ce ne sera que du bon.

Deux favoris, deux outsiders

Prenons comme variable le match France-Maroc. Si le Maroc bat la France, on pourrait bien se retrouver avec la plus grande victoire d’un outsider de toute l’histoire de la Coupe du monde. Et ce sera vrai, qu’il affronte un autre potentiel gagnant pour la première fois, la Croatie, ou qu’il renvoie Lionel Messi dans ses buts pour la seconde fois de sa carrière. Que d’excitation! Sentez-vous libre de souhaiter leur victoire.

Une victoire de la France, en revanche, signifierait soit une revanche de la finale de 2018 contre la Croatie, qui s’était terminée 4 à 2 pour la France, soit la possibilité pour l’Argentine de venger sa défaite 4 à 3 dans ce qui a peut-être été le meilleur match du Mondial 2018, match qui a vu deux passes décisives de Messi, deux buts de Kylian Mbappé et le plus beau but lors de la vertigineuse reprise de demi-volée de Benjamin Pavard. L’une ou l’autre de ces deux options… est tout aussi excitante. On prend!

Quelle que soit la finale, les chemins qui y mèneront semblent largement les mêmes: un favori –deux des favoris pour toute la Coupe, en fait– face à un outsider impressionnant et indomptable. Le fait que les défauts de l’Argentine et de la France semblent plus apparents que ceux de leurs adversaires trahit la curieuse manière dont fonctionnent nos attentes. Si la Croatie et le Maroc continuent de jouer comme ça, qui va bien pouvoir les battre?

La Croatie, immunisée face à la pression?

Prenez la Croatie, qui à ce stade est moins une équipe de foot qu’un globule d’oobleck qui recouvre le terrain: quand on appuie doucement dessus, elle offre peu de résistance mais devient collante; tapez fort dessus, et vous découvrirez à votre grande surprise que vous êtes en train de foncer dans un mur.

Dans ce Mondial, la Croatie a encaissé un but du Japon et riposté au bout de douze minutes. Face au but du Brésil, elle a marqué onze minutes plus tard. Puis elle a battu les deux haut la main aux tirs au but, grâce aux prouesses du gardien Dominik Livaković. Battre le Brésil de peu, c’est battre le Brésil quand même.

La Croatie, à l’image de son milieu de terrain vedette Luka Modrić, semble immunisée face à la pression à la fois des adversaires sur le terrain et de l’intérieur de sa tête, et ce quels que soient les enjeux du moment. L’équipe paraît prendre plaisir à emprunter le chemin le plus difficile à chaque match.

Depuis la Coupe du monde de 2014, lorsqu’elle n’a pas réussi à sortir de son groupe, la Croatie a disputé huit matchs à qualification directe dans deux championnats européens et deux Coupes du monde différentes. À une exception près –son échec face à la France lors du Mondial de 2018– ces matchs ont fini par une égalité. Personne ne l’a vaincue durant des prolongations en Coupe du monde lors des cinq derniers essais: ni le Japon, ni la Russie, ni le Danemark, ni l’Angleterre, ni le Brésil.

Équipe Terminator

Statistiquement, ça confine à l’impossible. Aucun de ces joueurs fatigués n’a donc commis d’erreur fatale? Aucun d’eux n’a manqué un penalty crucial? La Croatie, c’est un peu l’adversaire de marathon de vos pires cauchemars, qui se planque à dix mètres derrière vous à chacune de vos accélérations et de vos ralentissements et qui sait qu’il vous battra au poteau. Si c’est un bidule amorphe, alors c’en est un dans le genre du Terminator incarné par Robert Patrick.

L’Argentine devra alors trouver le moyen de contrer une tentative de retour. Pour l’instant, elle n’a pas franchement brillé dans le domaine. En quart de finale, les Pays-Bas ont marqué deux buts dans les dix dernières minutes et arraché une prolongation, et l’Argentine a gagné grâce aux tirs au but. En huitième de finale, l’Australie a marqué un point tardif grâce à un tir contre son camp de l’Argentine qui a rendu la victoire 2 à 1 plus tendue que prévu.

En supposant que la magie de la Croatie ne s’épuise pas dans ce prochain match –et à ce stade, pourquoi l’imaginer?– cette demi-finale laisse penser que les superpouvoirs de Messi vont devoir s’exercer encore un peu pour lui permettre d’aller là où même la Croatie ne peut pas le suivre.

Le Maroc, imbattable?

La France a un autre genre de problème face au Maroc. Le Maroc n’a pas été impossible à fuir, plutôt imbattable à la base. Le seul but encaissé par l’équipe de Walid Regragui en huit matchs a été un but contre son camp, un centre dévié dans son propre filet par le défenseur central Nayef Aguerd lors du match contre le Canada. Le Portugal, l’Espagne et même la Croatie ont échoué à marquer contre le Maroc (les deux demi-finalistes ont fait match nul 0-0 dans leur premier match de groupe).

Arborer cette défense contre le super-buteur du Mondial Mbappé a un petit côté épée ancrée dans un rocher, mais le duel n’en est que plus croustillant. Si Mbappé reste sur la gauche comme ça a été le cas depuis le début du tournoi, alors il va directement s’opposer au marocain Achraf Hakimi, son équipier du Paris Saint-Germain et ami, et un des seuls joueurs au monde assez rapides pour le suivre. (Hakimi a déjà établi le record de vitesse maximale enregistrée en Bundesliga. Selon les rapports de matchs, lui et Mbappé ont battu tous les deux des records de vitesse dans ce Mondial.) Que pense Mbappé de ce défi?

L’Argentine et la France sont de grands favoris pour la finale, notamment parce que les deux équipes peuvent se permettre de commettre davantage d’erreurs.

Tout bien considéré, l’Angleterre a relativement bien canalisé Mbappé, mais ce dernier est quand même parvenu à faire paraître Kyle Walker aussi impuissant qu’un joueur des Washington General une ou deux fois pendant les quarts de finale. Le plan de l’Angleterre était d’attaquer à la fois le côté de Mbappé, en sachant qu’il ne suivrait pas en défense, tout en maintenant Walker en arrière pour s’assurer qu’il soit contenu.

Flash vs Superman

Mais le Maroc aime bien aussi commencer ses attaques par là, tout particulièrement par l’intermédiaire de Achraf Hakimi et de l’ailier Hakim Ziyech. La France est peut-être vulnérable, mais si le Maroc tente de tirer parti de cet avantage, il pourrait s’exposer aussi. Cela pourrait donner encore plus d’occasions d’affrontements entre Hakimi et Mbappé, tel un combat Flash vs Superman mais version Coupe du monde.

Mais la France n’est pas invincible. Elle a eu de la chance face à l’Angleterre, et pas seulement grâce au penalty raté de Harry Kane qui aurait conduit à l’égalité. Elle a bien occupé le gardien, Hugo Lloris, et abandonné un certain nombre d’occasions de tirs et de coups de pied arrêtés. D’un point de vue défensif, l’équipe ne semble pas aussi bien organisée que lors du Mondial précédent.

Le Maroc est bien placé pour tirer profit de la moindre inattention. Ses joueurs contrent avec netteté et détermination, comme s’ils venaient juste d’apprendre qu’il n’y aurait jamais plus de douze sentinelles entre eux et le but. Ils peuvent obtenir des résultats palpitants, s’ils ne permettent pas à la France de les rattraper. Le fait que le Maroc n’ait jamais perdu pendant le Mondial signifie qu’il ne maîtrise pas les ficelles dans cette situation. Peut-être pourra-t-il s’inspirer de la Croatie.

L’Argentine et la France sont de grands favoris pour la finale, notamment parce que les deux équipes peuvent se permettre de commettre davantage d’erreurs. Leur talent, leur profondeur et leurs stars peuvent compenser une occasionnelle négligence. À force de multiplier les occasions, on finit par réussir. Ce qui va être loin d’être aussi évident pour le Maroc et la Croatie.

Ces deux outsiders vont devoir continuer de jouer à la perfection, ou du moins assez proche de la perfection, pour rester à la hauteur de leurs adversaires. Ils auront moins d’opportunités à exploiter. Pour l’instant, ils ont été suffisamment bons face à ce qui leur est échu dans le tournoi. S’ils veulent secouer la coupe du monde, ils vont devoir continuer à se réinventer pour espérer toucher ce but qui n’en finit pas de bouger.

slate