Cour d’Appel de Conakry : Charles Wright en échange avec les huissiers de justice

0
863

Après le tour des officiers de la police judiciaire, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry, Alphonse Charles Wright était avec les huissiers de la justice ce vendredi 21 janvier à Conakry. Cette rencontre s’inscrivait dans l’exercice de la profession du métier d’huissier en Guinée. 

Dans son intervention, le Procureur Général de la Cour d’Appel de Conakry, Charles Wright à tout d’abord adressé un message fort dans lequel les agents judiciaires doivent faire :

« Le message d’abord à l’égard des huissiers de justice, j’ai dit à tous les huissiers, l’article 54 arrêté portant statut des huissiers de justice en République de Guinée, fait le ministre de la Justice et le Procureur Général les organes chargés de la surveillance et de la discipline des huissiers de justice. J’ai dit aux huissiers vous devrez être protégés dans le cadre de votre travail. Mais, il faudrait-il, qu’en le faisant que vous ne commettiez pas des abus. Si vous le faites, la réponse et les conséquences juridiques, sera la sanction disciplinaire, pourquoi pas des sanctions pénales. Deuxièmement, aux justiciables, aux citoyens dans les quartiers, lorsque vous voyez un huissier de justice sur le terrain, sachez qu’il est là dans le cadre de l’exécution d’une décision de justice qui est rendue au nom du peuple de Guinée pas au nom du magistrat qui a rendu », a indiqué M. Le procureur.

Et d’ajouter, « je demande à la population de Guinée d’arrêter de jeter des pierres, arrêtez de vous opposer avec, si vous estimez que l’huissier, la décision qu’il est en train d’exécuter n’a pas acquis l’autorité de la chose jugée, mettez vous ensemble avec le Procureur général pour remonter l’information. Tout de suite, il demandera à l’huissier de venir à son bureau pour voir la légalité de ses actions, comme ça à partir de cela tout le monde sera à l’abri. Parce qu’il faut éviter qu’on exécute une décision qui n’a pas acquise  l’autorité de la chose et que ça porte les préjudices, et finalement, on dit non on ne savait pas il y a tout ça. C’est pourquoi désormais aucune réquisition de justice ne sera signée, si le dossier ne dénote pas que la décision rendue est exécutoire, c’est claire à partir d’aujourd’hui », conclu M. Charles Wright.

Sana Sylla