Déclaration de Pottal Fii Bhantal Fouta Djallon / La boussole qui pointe dans la mauvaise direction. Appel aux Nations Unies pour gérer les élections en Guinée.

0
8816

Depuis un certain temps, la junte militaire qui s’est emparée du pouvoir le 5 Septembre 2021, renversant le régime despotique d’Alpha Condé et promettant que la justice sera sa boussole est en train de prendre des décisions qui risquent de plonger la Guinée dans un chaos total. En effet, les décisions de la junte semblent plutôt être en faveur des bourreaux et au détriment des victimes. La rebaptisation de l’aéroport de Conakry du nom du dictateur Sékou Touré qui est responsable du meurtre de dizaines de milliers de Guinéens dont la plupart des cadres et des entrepreneurs du pays en est un exemple.

Ces derniers temps, sous le prétexte de récupérer des domaines de l’Etat occupés illégalement et en dehors de toute procédure judiciaire, les leaders des deux plus grands partis politiques du pays sont sommés de libérer leurs domiciles avec un délai de dix jours. L’intention ici étant de les humilier et de déstabiliser leur formations politiques. Les familles de Diallo Telli premier secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) assassiné par le régime dictatorial de Sékou Touré et celles de l’épouse du président Lansana Conte sont aussi sommées de libérer leurs domiciles dans le même délai de dix jours. Paradoxalement les domaines de Bellevue retirés à l’église catholique en 1961 et où ont été construit les villas Sylis aux frais de l’Etat, sont octroyés à la veuve de Sékou Touré.

Une organisation à la gestion opaque appelée la CRIEF est créée et chargée de réprimer les crimes économiques. Mais elle se transforme très vite en un organisme de persécution et d’intimidation des personnes que la junte semble vouloir éliminer du jeu politique. Pour achever cet objectif, elle ouvre une enquête sur la liquidation par l’Etat Guinéen de la compagnie en faillite Air Guinée. Une compagnie qui n’avait qu’un seul avion sur sa flotte. Notons en passant que cette liquidation des entreprises d’Etats en faillite fut demandée par les institutions de Bretton Woods comme condition d’obtention de prêts. La CRIEF en profite pour déclarer publiquement que le leader du parti politique UFDG, qui était ministre du Transport à l’époque de l’exécution de cette liquidation, est concerné par ce dossier.

Une autre décision de la junte qui fait l’objet de polémique est la publication de la liste des membres du Conseil National de Transition (CNT). Le choix des membres a été fait de manière unilatérale sans tenir compte des recommandations de la société civile. La junte a aussi désigné sans consultation préalable le président de cette institution. Le président de ce CNT est un monsieur du nom Dansa Kourouma qui était favorable au changement de constitution qui autorisa l’ancien despote Guinéen, Mr. Alpha Condé, de briguer un troisième mandat présidentiel.

Pendant ce temps, la junte ignore les crimes de sang et la destruction des propriétés et entreprises privées commis récemment par les régimes d’Alpha Condé et de la junte dirigée par le tandem Dadis/Konaté. La junte du colonel Mamadi Doumbouya devrait avoir comme priorité l’ouverture d’enquêtes sur les faits ci-dessous :

-Le retard accusé dans le jugement des personnes inculpées pour les crimes contre l’humanité du 28 Septembre 2009
– Le kidnapping, et la séquestration à Soronkoni d’une trentaine de jeunes issus des quartiers favorables à l’opposition et les tortures subies par ces derniers qui ont causées la mort de deux ces jeunes

-Le meurtre de plusieurs centaines de jeunes pendant les manifestations liées au refus du régime d’Alpha Condé de respecter les échéances électorales

-Les massacres de Zoghota dans la région de Nzérékoré

· La démolition des propriétés des habitants de Kaporo Rails, Kipe2 et Dimesse.

·La destruction des centres commerciaux de l’opérateur économique El Hadj Ousmane Balde président de la Coordination des Foulbés et Halpular

Compte tenu de la direction que prend la junte du Colonel Mamadi Doumbouya qui indique clairement que son programme n’est autre que son maintien au pouvoir, Pottal Fii Bhantal Fouta Djallon lance un appel aux partis politiques et aux organisations de la société civile de demander aux Nations Unies d‘intervenir en Guinée pour organiser les élections et valider les résultats

La Commission Centrale de Coordination de Pottal Fii Bhantal Fouta Djallon