Guinée : Dadis pathétique mais attention Dadis se dévoile…

0
51680

La nuit dernière, j’ai reçu, l’appel d’un vieil ami avec lequel, j’étais en terminale au lycée de Dabou à une quarantaine de km d ‘Abidjan.

Il est psychologue à la retraite et installé dans la région d ‘Amiens dans la Somme en France. 

Alors , notre conversation tournera autour de l’intervention de Dadis , qu’il a suivi avec beaucoup d’ attention.

Il est vrai, que son discours est décousu , il ne dit rien de bon , il veut montrer qu il est intelligent et essayer d’amener des analphabètes à épouser les petits trucs minables pour « vous diviser , créer un chaos et s’en sortir. »

Cet homme,( Dadis )  est excessivement dangereux et se croit non justifiable, et trace les grandes lignes du procès aux magistrats, oubliant, que c’est lui l’artisan principal de ces crimes et même après ces crimes en égorgeant Beugré, un certain nombre de personnes et ces tueries sont parfaitement connexes , aux crimes perpétrés au stade du 28 Septembre.

Voyons , maintenant le message qu’il a voulu faire passer , connaissant la médiocrité du débat politique en Guinée.

Il cite , les noms des personnes qui ont été accusées de complot sous la première et à peine donne le nom de Mafori Bangoura fidèle compagnon de l’indépendance.

Ne sachant pas ce que veut dire le mot  » érudit » , il dit que Celou Dalein est un érudit.

Un érudit , c’est une personne qui a beaucoup de connaissances, cultivée,instruit , lettrés,savant etc…cela n’a rien de politique.

Pourquoi le dit-il ?

Sachant très bien , que Cellou Dalein a quelques difficultés avec la CRIEF mise en place par le CNRD, sciemment, il parle de Cellou Dalein pour caresser les bas instincts de certains analphabètes, en présentant ce dernier comme une victime politique, cependant il parle très peu de Sidya…

Pour enfoncer le clou , il s attaquera aux élections présidentielles de 2010 et de manière furtive , en déclarant , que les résultats furent inversés, qu’on aurait mis le troisième à la place du deuxième, lançant une fleur à Sidya , en lui rappelant qu’il fut triché, au profit d’Alpha Condé.

Continuant dans sa litanie de mensonges , pour tromper le tribunal, et dresser une les communautés entre elles, il fera un clin d’oeil aux Koniakés qui subitement deviennent ses oncles .

Cependant, ignorant ou bien encore , refusant d expliquer , la cause de la présence du général Sékouba Konaté à la frontière libérienne,était le fait du général Conté Lansana pour sécuriser nos frontières, Konaté Sékouba était pour Conté un fils et il savait que cette mission de sécurisation de nos frontières et non un soutien à l’UlIMO comme prétend , Moussa Dadis en essayant de fuir sa propre responsabilité pour se défouler sur son compagnon d’arme.

Ce procès, met en exergue la médiocrité du débat politique dans notre pays depuis belle lurette, ce qui a entraîné à la venue de Dadis au pouvoir.

Alpha Condé que j’ai combattu, était membre des forces vives , qui étaient représentées partout , en France mon ami Docteur Diakité Bakari en était le président et avait une aversion envers Alpha Condé, comment pouvait-il être manipulé par Alpha Condé ?

Sidya , Cellou Dalein , Jean Marie Doré etc…ayant les mêmes objectifs que Monsieur Alpha Condé, pourraient-il se laisser rouler dans la farine ?

Il a choisi , une méthode nauséabonde et irréfléchie, il veut créer un chaos pour rebondir, il oublie en sa qualité de chef de l’Etat, chef de l’armée, que c’est lui , seul en âme et conscience pouvait sortir l’ armée du camp et se décharge sur les autres , il manque de faire preuve d’homme d honneur, c’est triste pour lui qui vient de rater une occasion pour se réconcilier avec ses compatriotes.

Dadis simplement pathétique et a montré son vrai visage aux guinéens, c’est à dire , dire la vérité.

Au Mali tout près de nous , le Capitaine Sanogo, a pris tout sur lui et a demandé pardon .

Quant à Dadis , il n’était pas le président, c’est Konaté et Toumba qui dirigeaient le pays.

 

Que Dieu le Miséricordieu et l’ Omniscient , protège notre chère Guinée de ce genre président fuyant ses responsabilités.

Mamadi Dioubaté