Guinée: le taux de mortalité infantile est de 67 pour 1000 naissances vivantes

0
646

La mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile continuent d’être un problème majeur de santé publique dans plusieurs pays en voie de développement. En Guinée malgré quelques progrès observés depuis l’enquête démographique en 2012, le niveau des indicateurs d’impact reste encore très préoccupant.

C’est en cela que la direction nationale de la santé familiale et de la nutrition, a organisé ce mardi 19 avril 2022, à Conakry, un atelier de dissémination du dossier d’investissement pour le financement de la santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile, adolescents-jeunes et nutrition 2020-2024.

Enfin d’amener les parties prenantes à comprendre et à s’approprier du contenu du DI de la SRMINIA-N.
A cette occasion, docteur Kadiatou Baldé médecin spécialiste santé maternelle néonatale infantile à UNICEF-Guinée a expliqué les raisons de la tenue de cette rencontre de débats.

« Je salut vraiment cette initiative de dissémination de ce document qui a beaucoup tardé et enfin on a pu le réaliser, parce que c’est un dossier sans lequel un pays ne peut pas se planifier à internes et à externes et ne peut pas mobiliser  des ressources financières.

Donc c’est un dossier de plaidoirie de mobilisation et de mise en commun de toutes les ressources et de planifier dans un document stratégique qu’on appelle la santé de la reproduction maternelle néonatale infantile qui est le document de référence de toutes les planification en quête d’intervention dans le cadre de la réduction de la mortalité infantile néonatale et la promotion de la nutrition des enfants et les femmes enceintes », a indiqué Dr Baldé.

Selon elle, le ratio de la mortalité maternelle est de 550 pour 100000 naissances vivantes ( MICS 2016), le taux de mortalité néonatale est de 32 pour 1000 naissances vivantes, le taux de mortalité infantile de 67 pour 1000 naissances vivantes ( NV) et le taux de mortalité infanto-juvénile est de 111 pour 1000NV ( EDS 2018).

Une manière de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable ( ODD) a mentionné Dr Kadiatou Baldé de UNICEF-Guinée.

Sana Sylla