AUJOURD’HUI : 9 avril 1999, le président nigérien Ibrahima Baré Mainassara est tué par sa garde personnelle

0
308

Dans sa globalité, le continent africain a été le théâtre de coup d’Etat après l’accession  à l’indépendance de la majorité des pays, en 1960. Peu ont en effet échappé jusque-là aux coups de force, érigés en modus  operandi par les militaires pour pallier aux problèmes causés par les civils. Parmi ces pays, figure en bonne place le Niger.

Indépendant en 1960, il  devient proie à plusieurs coups d’Etat mettant en péril l’installation de régimes démocratiquement élus. Arrivé au pouvoir par un coup de force, puis élu au terme d’une élection controversée, le président Ibrahima Baré Mainassara sera assassiné par sa garde personnelle le 9 avril 1999.

Indépendant le 3 août 1960, le Niger aura un apprentissage difficile de la démocratie. L’exercice démocratique y sera malmené de façon peu ordinaire.

 

L’installation du président Hamani Dori, figure de proue de l’indépendance, comme premier président du  pays, permettra la mise en place d’un régime de partie unique. Comme partout ailleurs, cet accaparement de la politique par les autorités étatiques va créer des problèmes sur  le plan social, économique  et politique. C’est ainsi que le président Diori  sera renversé par un coup d’Etat mené par le lieutenant-colonel Seyni Kountché en 1974.

Ce coup d’Etat va ouvrir la boîte de pandore dans un pays qui essayait tant bien que mal de se démocratiser. A son accession au pouvoir, Kountché, qui avait fini d’installer un véritable régime militaire, va subir des tentatives de coups d’Etat répétitifs en 1975, 1976, et 1983 mais aucune n’aboutira au renversement du pouvoir. Cependant, après 13 ans de pouvoir, Kountché décède d’une tumeur, le 10 novembre 1987. Il sera remplacé par le général Ali Saibou qui dirigera le pays pendant 5 ans. Il placera son règne sous le sceau de l’ouverture avec des mesures de décrispation comme l’amnistie des condamnés politiques et instaurera une liberté d’expression entre autres. C’est lui qui va organiser la première élection démocratique du Niger.

Ibrahima Baré Mainassara auteur et victime de coup d’Etat

La victoire de Mahamane Ousmane, lors des premières élections présidentielles du Niger, ne consacre pas pour autant l’instauration définitive de la démocratie. En effet, celui-ci fera face à des difficultés économiques et sociales qui finiront par perdre son régime. Elu  en 1993, il est renversé trois ans plus tard, en 1996, par un coup d’Etat du colonel Ibrahima Baba Mainassara. Il interrompt ainsi le processus de démocratisation du pays.

Ce dernier va organiser en juillet 1996 une autre élection pour légitimer son pouvoir, laquelle va être remportée par son parti malgré beaucoup d’irrégularités notées. La frustration grandit face à la violation des libertés individuelles. Et le 9 avril 1999, le président Ibrahima Baba Mainassara est assassiné par sa garde personnelle. Comme quoi, qui règne par les arme périt par les armes.

Par  SeneNews