Cadre de dialogue: ” les travaux se feront de façon thématique et hiérarchisée”, dixit Fodé Bangoura

0
212
Le secrétaire général du cadre permanent de dialogue, Fodé Bangoura a organisé mercredi sa toute première rencontre de dialogue social entre les acteurs concernés. L’opération a commencé par  les syndicats des transporteurs guinéens.
Le secrétaire général permanent du dialogue Fodé Bangoura a précisé que, « depuis le 21 janvier 2021, son excellence Monsieur le président de la République a mis en place un cadre permanent de dialogue. On a l’habitude de dialoguer, on a l’habitude de nous concerter.  Mais, cette fois-ci, il a voulu que le cadre soit permanent et les travaux de ce cadre se feront de façons thématiques et hiérarchisées.”
 «Nous allons ouvrir les débats pour donner la parole aux transporteurs, nous dire vos préoccupations sur le terrain, puisqu’il y va dans l’intérêt national », a t-il indiqué.
De son côté, le directeur général de la police Ansoumane Baffoé Camara, a aussi parlé  de cette rencontre :
« Le président du cadre de dialogue a voulu réunir les responsables de sécurité et les syndicats des transporteurs par rapport aux tracasseries que les transporteurs subissent sur nos routes urbaines et les barrages non réglementaires qui se trouvent par endroit. Ainsi que les dispositions déjà prises par nous les responsables de sécurité. Donc vous savez tous, la police est compétente dans les zones urbaines. Nous avons quatre (4) barrages dans le cadre sanitaire, c’est les barrages de Yorokoguiya, de Coyah, de Kountya et de Keitaya », a-t-il souligné.
Pour sa part, le général de division Ibrahima Baladé du haut commandement de la gendarmerie a indiqué à nouveau la rencontre avec les acteurs de transport :
« Globalement au niveau de la Gendarmerie, il faut d’abord reconnaître que le cadre de cette concertation et de dialogue est une première que nous apprécions beaucoup, parce que ça met en valeur tous les acteurs qui sont sur le terrain en terme de transport dans notre pays. Il était question de prévention et de répression sur le terrain. Vous avez suivi chaque fois on parlait d’enlèvement de barrage, aujourd’hui c’est chose faite», a affirmé le patron de la gendarmerie.
Sana Djikiné.